VIDEO. #NuitDebout: Strasbourg sera dans la place

POLITIQUE Une #NuitDebout, à l’instar du mouvement de la place de la République à Paris, est annoncée à Strasbourg...

Gilles Varela

— 

Paris, 3 avril 2016, place de la Republique. Quatrieme Nuit Debout./REYNAUDTRISTAN_0736.023/Credit:Tristan Reynaud/SIPA/1604040749
Paris, 3 avril 2016, place de la Republique. Quatrieme Nuit Debout./REYNAUDTRISTAN_0736.023/Credit:Tristan Reynaud/SIPA/1604040749 — SIPA

Strasbourg sera dans la place…De la République. Sur les réseaux sociaux, les soutiens au rassemblement « citoyen » mardi 5 avril à 18h à Strasbourg se multiplient. Déjà plus de 380 personnes indiquent qu’elles viendront et le phénomène #NuitDebout, né à Paris au soir de la manifestation contre la loi Travail du 31 mars, comme dans d’autres villes françaises, se propage.

>> A lire aussi : >> A lire aussi: Qu'est-ce que le mouvement #NuitDebout?

 

La carte des villes où s'implante le mouvement #NuitDebout

Sur la page Facebook,#NuitDebout à Strasbourg, d’où part l’appel au rassemblement Strasbourgeois, un texte explique notamment que la « La loi travail a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et qu’un collectif de citoyens ouvert, déterminé, joyeux et pragmatique s’est formé. A la convergence des luttes sociales et écologistes puis de la mobilisation étudiante », la mobilisation « vise d’abord à rassembler et à libérer une parole citoyenne inaudible dans les cadres étriqués de la représentation politique traditionnelle. »

Le mouvement qui tend à occuper « pacifiquement des places publiques » a déjà le soutient d’Eric Schultz d’EELV ou bien encore de Monique Maitte, porte-parole du collectif SDF Alsace.

La #NuitDebout explique être « née des expériences citoyennes des indignés, d’Occupy et des printemps arabes » et veut « construire une dynamique horizontale, non-violente et créative. »

>> A lire aussi : La gauche cherche ses marques face à la mobilisation citoyenne

Le mouvement s’organise même si de nombreuses questions sur le « contenu de cette nuit » où sur la nécessité ou pas d’une autorisation préfectorale fleurissent sur la page Facebook, mais tous promettent de venir à cette « Rêve générale ».