Attentats à Bruxelles: «Pour une fois que j’étais en avance, ça m’a sauvé la vie», raconte une Strasbourgeoise

TERRORISME Une jeune Strasbourgeoise qui effectue son stage dans le quartier européen de Bruxelles aurait pu être l’une des victimes des attentats…

Laura Dienst

— 

Claire, étudiante strasbourgeoise de 21 ans, a échappé de peu aux attentats à Bruxelles.
Claire, étudiante strasbourgeoise de 21 ans, a échappé de peu aux attentats à Bruxelles. — Facebook

C’est sa ponctualité qui lui a sauvé la vie. Claire, âgée de 21 ans, étudiante à l’université de Strasbourg, réalise son stage de fin de licence au Parlement européen situé à Bruxelles. A quelques mètres de la station de métro touchée hier par un attentat.

>> A lire aussi : Attentats à Bruxelles: Le nouveau bilan fait état de 31 morts et 250 blessés

L’étudiante qui réside dans une colocation à Sterrebeek, une des communes de Zaventem située à cinq minutes de l’aéroport qui a été l’objet d’attaques meurtrières mardi matin, a vécu un jour rempli d’horreurs.

« J’étais en avance, ça m’a sauvé la vie »

« Il y avait une réunion de commission à 9h et je me suis dit “allez j’arrive bien en avance cette fois” », débute-t-elle. C’est en arrivant 15 minutes plus tôt que Claire a échappé à l’explosion du métro de la station Maelbeek non loin des institutions européennes. Elle raconte:  « J’y ai échappé de peu, c’est la station où je sors qui a explosé. Pour une fois que j’étais en avance, ça m’a sauvé la vie  ».

>> A lire aussi: Suivez en direct les dernières informations concernant les attentats à Bruxelles

Elle a été mise au courant de la première explosion de l’aéroport par un ami. Il l’a prévenue alors qu’elle était dans le métro : « Quand je passais les stations, j’ai reçu un SMS “T’as vu l’aéroport de Zaventem ? Il a explosé” ». Dans la tête de Claire, c’est l’angoisse : « J’étais paniquée de rentrer chez moi le soir ».

>> A lire aussi : La galaxie jihadiste liée aux attentats de Paris et Bruxelles

Elle descend du métro à l’arrêt Maelbeek, et arrive au Parlement à 9h. Un hommage y est rendu aux victimes de l’explosion survenue à l’aéroport de Bruxelles-Zaventum quelques instants auparavant : « Je rentre à la commission, nous respectons une minute de silence, et là je reçois un message : “L’arrêt Maelbeck a pété” ». L’arrêt de métro en question est « situé à 2-3 minutes à pied du Parlement », explique la stagiaire, qui était descendue de cette même station une dizaine de minutes avant.

« Quand tu es à 100 mètres c’est pire »

« On venait d’arriver en session plénière, et d’un coup, ça s’est vidé. On a fini deux heures avant », raconte Claire. A l’annonce de la deuxième explosion dans le métro, le Parlement a été évacué. « Les commissaires ont été évacués en hélicoptère, les députés en voiture et les autres sont partis à pied », ajoute l’étudiante.

>> A lire aussi : Attentats: les frères El Bakraoui identifiés, un 3e suspect toujours en fuite

Selon elle, les déflagrations ne se sont pas vraiment fait entendre, c’est surtout la fumée qui a mis la puce à l’oreille des Bruxellois : « Tout le monde était sous le choc. Et quand tu es à 100 mètres, c’est pire ».

Les attentats à Bruxelles ont tué 31 personnes (bilan provisoire) et ont blessé au moins 250 personnes.