Football: Le FC Nantes éliminé par Sochaux, «c’est de notre faute, on a joué comme des sénateurs»

SPORT Le FC Nantes a été éjecté en quart de finale de la Coupe de France par Sochaux (3-2 a.p.). Un match qui a échappé aux Nantais à la 87e…

A Sochaux, Floréal Hernandez

— 

Sochaux, le 2 mars 2016. - Pierre Gibaud et Sochaux ont rhabillé le FC Nantes de Johan Audel en les éliminant en quart de finale de la Coupe de France (3-2 a.p.).
Sochaux, le 2 mars 2016. - Pierre Gibaud et Sochaux ont rhabillé le FC Nantes de Johan Audel en les éliminant en quart de finale de la Coupe de France (3-2 a.p.). — SEBASTIEN BOZON / AFP

La défaite du FC Nantes en quart de finale de Coupe de France ne souffre d’aucune réserve même parlementaire. « On a joué comme des sénateurs. On a été punis », estime Michel Der Zakarian après le revers à Sochaux (3-2 a.p.). Le coach peste car son équipe avait les armes pour s’imposer face à une équipe franc-comtoise relégable en Ligue 2.

>> A lire aussi: Le film du match entre Sochaux et Nantes.

« Cruel »

Mais pour cela, il aurait fallu jouer plus de vingt minutes. Ensuite, rien. Le FCN a contrôlé le match de manière molle. « On pensait gagner le match tranquillement, constate Der Zak. On ne jouait plus vers l’avant, on gardait le ballon, on faisait de la conservation de balle mais on ne leur faisait plus mal. Et on a perdu le fil du match. C'est notre faute. » Sochaux a pourtant averti les Nantais avec une tête de Jérôme Onguéné sur la barre (79e) mais ils n’ont pas écouté le bruit fait par la transversale.

A défaut, Lorik Cana et Cie ont bien entendu le bruit de leur filet transpercé par une frappe de 25 mètres de Moussa Sao (87e). « Prendre un but juste avant le temps additionnel, c’est cruel », reconnaît Adrien Thomasson. La défaite à Sochaux « fait mal, poursuit le milieu nantais. C’est une épreuve. On va voir si on est capable de la surmonter. » Lui n’est pas inquiet, le groupe « a une grosse force mentale ». Les supporters en attendent la confirmation à Rennes, dimanche.

Pas de révolte après l’égalisation

Car après l’égalisation sochalienne, le FCN n’a fait preuve d’aucun geste de révolte. Pis, les joueurs de L2 ont continué à bousculer les Nantais et les ont renversés en prolongations (Sekou 97e, Sao 106e). « On n’a pas su réagir », note Michel Der Zakarian. Le but d’Adryan (115e) et les cinq dernières minutes dans la surface franc-comtoise n’ont été qu’un sursaut avant l’élimination.

Absent du dernier carré de la coupe de France depuis 2007, Nantes va devoir patienter encore une année. Avant il va falloir supporter les moqueries rennaises jusqu’au derby.