Des projets sur la route ministérielle

Philippe Wendling - ©2007 20 minutes

— 

Réunis en conseil décentralisé vendredi à Strasbourg, les ministres ont fait part de plusieurs décisions concernant les infrastructures alsaciennes. Première mesure révélée : le lancement en 2010 des travaux de la deuxième phase du TGV-Est. Reliant Baudrecourt (Moselle) à Vendenheim, celle-ci permettra un parcours complet à grande vitesse de Paris jusqu'à Strasbourg. Deuxième annonce : le dépôt au Conseil d'Etat du projet de décret déclarant d'utilité publique le grand contournement ouest (GCO). En discussion depuis une trentaine d'années, ce dernier vise à désengorger la rocade ouest de Strasbourg par la création d'une autoroute à péage entre Hoerdt et Innenheim. Enfin, troisième engagement gouvernemental : l'instauration d'une taxation sur les poids lourds qui passent en Alsace pour éviter de payer la taxe allemande.

Vivement saluées par la classe politique UMP de la région, ces mesures laissent sceptiques les membres de l'opposition. « Je reste sur ma faim, explique Armand Jung, député socialiste. Ils ont parlé de la deuxième phase du TGV-Est mais n'ont nullement abordé la question du financement de ses travaux. » Un problème, estimé à 1,7 milliard d'euros, qui pourrait incomber à un Monsieur financement spécialement nommé pour l'occasion. Encore plus critique, Chantal Cutajar (MoDem) déplore « beaucoup de gesticulations pour rien. Tout ce qui a été dit était déjà acté. »