Football: Strasbourg sanctionné à cause d'une banderole de supporters?

SPORT Le Racing club de Strasbourg doit s’expliquer devant la commission de discipline de la Fédération française de football pour une banderole déployée au stade de la Meinau…

Floréal Hernandez

— 

La banderole des UB 90 «Libertés bafouées, supporters fichés, occupez-vous des terroristes: pas des supporters» vaut au Racing club de Strasbourg de devoir s'expliquer devant la commission de discipline de la Fédération française de football.
La banderole des UB 90 «Libertés bafouées, supporters fichés, occupez-vous des terroristes: pas des supporters» vaut au Racing club de Strasbourg de devoir s'expliquer devant la commission de discipline de la Fédération française de football. — Capture d'écran ub90.free.fr

Où s’arrête la liberté d’expression des supporters ? Aux grilles du stade de la Meinau, semble-t-il. Le Racing club de Strasbourg a reçu de la part de la Fédération française de football et de sa commission de discipline une demande d’explication écrite.

La raison ? Une banderole déployée par les Ultra Boys 90 lors de Racing-Béziers, le 29 janvier. « Libertés bafouées, supporters fichés, occupez-vous des terroristes : pas des supporters », pouvait-on lire sur celle-ci en prévision de la loi Larrivé qui allait être votée le 4 février par l’Assemblée nationale.

Le Racing sommé de s’expliquer

Le délégué de la FFF a vu la banderole, a fait un rapport et le Racing doit s’expliquer sur l’entrée de celle-ci à la Meinau. Le courrier du club devait partir mercredi après-midi, a indiqué Romain Giraud, son secrétaire général, à 20 Minutes. La commission de discipline de la Fédération devrait se pencher sur le cas strasbourgeois la semaine prochaine.

>> A lire aussi : Les supporters, ultra-remontés contre le projet de loi de Guillaume Larrivé.

Du côté des UB 90, on est stupéfait de la situation. « De quel droit la FFF peut-elle, ne serait-ce que songer, à sanctionner le Racing pour cette banderole ? Pour quel motif valable ? », écrit le groupe ultra strasbourgeois dans un communiqué. Dans celui-ci, les Ultras Boys 90 indiquent qu’avant RCS-Sedan, « nous avons été interpellés par les responsables de la sécurité du Racing pour nous mettre en garde qu’aucune banderole ne devrait être déployée durant le match. Cette menace venait directement du responsable du dispositif de police sur place ce soir-là. »

Encore une amende de 2.000 euros ?

Une intimidation qui ne les a pas arrêtés. Dans leur « défense des droits des supporters », les UB 90 regrettent que le Racing puisse être sanctionné financièrement. Etienne, président du groupe ultra, rappelle que le club a par deux fois été frappé de 2.000 euros d’amende pour des banderoles.

Une en 2012-2013 appelait à la démission des présidents de la FFF et de la Ligue, l’autre en Coupe de France face à Sochaux en décembre 2014 insultait via l’absence d’une lettre la chaîne Eurosport pour sa programmation du match un lundi soir.

>> Message à l’intention d’Eurosport brandi par les UB 90 lors de Sochaux-Racing en Coupe de France, en décembre 2014.

 

 

« Le club comprend notre position par rapport au contexte de la loi Larrivé, explique Etienne. Mais il se retrouve le c.. entre deux chaises. Et au final se fait taper sur les doigts avec une amende. » Le président des UB 90 est persuadé que celle-ci tombera pour la banderole de Racing-Béziers.

>> A lire aussi : Une banderole contre les migrants brandie lors du derby alsacien.

Cette saison, le club strasbourgeois a déjà été sanctionné par la Fédération – « d’une petite amende » dixit Romain Giraud – pour la banderole « Migrants Raus » apparue lors du derby Racing-SR Colmar. Et ce malgré, l’identification des auteurs et le dépôt d'une plainte nominative.