Alsace: Gros coup de filet contre un gang de voleurs de métaux

FAITS DIVERS Les vols de cuivre, aluminium et laiton étaient opérés depuis 2014 à l’échelle industrielle…

Olivier Aballain

— 

Gendarmes lors dune perquisition dans les Bouches-du-Rhône (en 2007)
Gendarmes lors dune perquisition dans les Bouches-du-Rhône (en 2007) — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Ils écoulaient les métaux volés par dizaines de tonnes, auprès de receleurs néerlandais. On a appris le 29 janvier que vingt-quatre suspects avaient été interpellés trois jours plus tôt à Mulhouse, lors d’une importante opération coordonnée par la gendarmerie et l’Office Central de Lutte contre la Délinquance Itinérante (OCDLI).

Quatorze personnes ont été mises en examen à l’issue de ces interpellations, dont treize placés en détention provisoire.

Ils opéraient par « équipes » de 10 à 12 personnes

Environ 900 tonnes de métaux (cuivre, laiton ou aluminium), cinq armes de poing et des munitions ont été notamment retrouvées lors des perquisitions menées « à Mulhouse et dans ses abords » précise la gendarmerie nationale.

>> A lire aussi : Les vols de métaux plombent les entreprises françaises

En parallèle, deux Néerlandais, dirigeants de sociétés de recyclage de métaux qui écoulaient la marchandise sur le marché légal, ont été interpellés aux Pays-Bas en vertu d’un mandat d’arrêt européen.

Une partie du stock saisi par les gendarmes le 26 janvier 2016 près de Mulhouse - Gendarmerie nationale

Les arrestations, qui ont mobilisé 200 enquêteurs et militaires de la gendarmerie, sont l’aboutissement d’une enquête initiée en 2014 et qui a nécessité la coopération des autorités des Pays-Bas et d’Allemagne.

>> A lire aussi : Notre article de mai 2015 sur une vaste opération de lutte contre le vol de métaux

Selon la gendarmerie, les malfaiteurs agissaient par « équipes » de 10 à 12 personnes, capables de voler plusieurs tonnes de métaux en une seule nuit sur des sites industriels.

Deux mafias d’Europe Centrale et de l’Est

La filière était organisée de telle sorte qu’une organisation criminelle roumaine coordonnait les vols de métaux précieux, tandis qu’un « clan originaire des Balkans » s’occupait de la revente. Les malfaiteurs présumés utilisaient « la façade d’entreprises locales de recyclage », précise la gendarmerie.

>> A lire aussi : Notre article de février 2015 sur des cambrioleurs roms soupçonnés d’avoir volé 15 tonnes de métaux

Le préjudice total estimé des 69 vols sur lesquels portait l’attention des enquêteurs se monte à 1,5 million d’euros. Une vingtaine de véhicules de luxe ou de transport et des dizaines de milliers d’euros en liquidités ont d’ailleurs également été saisis par les gendarmes dans le cadre de cette enquête.

Dans un communiqué, la gendarmerie nationale et la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy ont salué le « fruit de longs mois de surveillances et d’investigations et d’une coopération pénale internationale menée avec les autorités judiciaires et policières des Pays-Bas et d’Allemagne, avec l’appui des unités EUROPOL et EUROJUST ».