Stationnement payant entre 12h et 14h: Premières amendes dès le 29 février, le maire de Strasbourg reconnaît «un loupé» de communication

TRANSPORTS Lors de ses vœux à la presse, le maire de Strasbourg, Roland Ries, est revenu sur l’instauration du stationnement payant entre 12h et 14h. Il a reconnu des « insuffisances méthodologiques »…

Floréal Hernandez

— 

Depuis le 1er janvier 2016, le stationnement est payant entre 12h et 14h à Strasbourg. (Archives)
Depuis le 1er janvier 2016, le stationnement est payant entre 12h et 14h à Strasbourg. (Archives) — G. Varela / 20 Minutes

Au 1er janvier, les Strasbourgeois ont découvert que désormais le stationnement entre midi et 14h était devenu payant. Les verbalisations débuteront le 29 février. Aucune communication n’a annoncé ce changement impopulaire. « Il y a sans doute eu quelques insuffisances méthodologiques, a reconnu le maire Roland Ries lors de ses vœux à la presse, lundi. Ce loupé est lié à la période du Marché de Noël et à la campagne électorales des régionales. »

Plus de 2 millions d’euros pour la ville

Le stationnement payant est apparu dans le budget primitif 2016 présenté aux élus strasbourgeois le 14 décembre, au lendemain de la victoire de Philippe Richert pour la présidence de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. L’arrêté tarifaire a été signé le 21 décembre et est entré en vigueur au 1er janvier.

>> A lire aussi: Les chantiers de la municipalité pour faire évoluer la circulation en ville

Roland Ries justifie le stationnement payant en rappelant que « toutes les grandes villes font payer de 9h à 19h ou jusqu’à 20h ». Seule exception Marseille et jusqu’au 31 décembre Strasbourg. Ce choix couplé à la hausse du tarif résident va permettre de rapporter plus de 2 millions d’euros, note Rue89 Strasbourg.

« Dissuader le stationnement longue durée »

Rendre payant la pause déjeuner est aussi une manière de « dissuader le stationnement de longue durée des automobilistes pendulaires ». A savoir, ceux qui viennent en ville travailler et garent leurs voitures sur l’espace public et non « dans les parkings relais ou les parkings d’ouvrage (Parcus ou Vinci) ».

Le maire a donc décidé, explique-t-il, de « revenir sur cet avantage acquis pour une utilisation au mieux des espaces de stationnement » en faveur du stationnement courte durée ou de celui des résidents.