Strasbourg: Stationnement en centre ville, la colère des usagers gronde

SOCIETE La pression sur les automobilistes et le stationnement en centre-ville soulève un tollé chez les usagers, fortement mobilisés sur les réseaux sociaux et sur le Web…

Gilles Varela

— 

Illustration. Horodateur à Strasbourg. Le 29 03 2010
Illustration. Horodateur à Strasbourg. Le 29 03 2010 — G. VARELA / 20 MINUTES

Stationnement payant sur la voirie entre midi et deux, augmentation de 50 % du tarif résidents, promesse d’un mois de gratuité en 2016 pas encore mise en place, la pression sur les automobilistes en centre-ville suscite la colère des usagers mais aussi des restaurateurs et des commerçants qui se mobilisent notamment sur le Web.

« Une mesure pénalisante »

De nouvelles mesures, prises pour certains sans aucune concertation et des « nouveautés 2016 » qui tombent mal. Après un mois de décembre difficile tant pour les commerçants que pour les automobilistes, ces nouvelles mesures passent très mal. Une indignation que partage la chambre de commerce et d’industrie (CCI) qui a adressé au Maire Roland Ries un courrier lui demandant de revenir sur sa décision, qualifiant cette mesure de « pénalisante » et rappelant que « la fréquentation des magasins et des restaurants strasbourgeois repose notamment sur une clientèle se déplaçant en particulier lors de la pause, soit pour faire des achats, soit pour déjeuner »…Et que « les transports en commun ne répondent pas à toutes les contraintes de temps ou de dessertes. »

« Un choix politique cohérent »

« ll faut changer les comportements et être responsable, répond Pernelle Richardot, adjointe au maire en charge du stationnement. C’est un enjeu pour l’environnement et un choix politique pris par le maire. Ce n’était pas un sujet ouvert. Ce n’était plus possible de voir les voitures tourner dans la ville pour trouver une place alors qu’il y a des places dans les parkings couverts. »

 

« Toutes les grandes métropoles comme Bordeaux, Nantes, Nice font payer le stationnement sur la voirie entre midi et deux depuis longtemps. Il n’y a pas de raison que cela pose un problème particulier à Strasbourg. C’est un enjeu environnemental important et un choix politique en cohérence avec la politique globale de stationnement. C’est une étape de transition, avec d’autres mesures qui ont déjà été prises comme la tarification au quart d’heure dans les parkings couverts, le fléchage vers les parkings en ouvrages, les zones bleues », rétorque Pernelle Richardot. « Cela va favoriser la rotation des véhicules et permettre aux résidents, notamment les familles, de pouvoir se garer sur la voirie car nous voulons éviter que le centre-ville soit déserté par les familles. »

A lire aussi : Les parkings publics passent au paiement au quart d’heure

Une pétition en ligne et une page Facebook

Sur le Web, les usagers aussi se mobilisent. Une page Facebook a été créée et compte déjà plus de 4.000 likes, où les témoignages de personnes affirmant ne plus vouloir venir en centre-ville sont nombreux et fustigent la municipalité. D’autre part, une pétition en ligne demandant le retrait de cette mesure rencontre un vif succès et approche les 2.700 signatures en quelques jours.

Le mois de gratuité, c’est pour bientôt

Quant au mois de gratuité en 2016 pour les résidents de l’ellipse insulaire (Zone 2 et 3), promis par la municipalité fin novembre pour compenser les restrictions de circulation et de stationnement sur la voirie pendant le Marché de Noël et qui n’est toujours pas appliqué, Pernelle Richardot l’assure : « C’est une mesure compensatoire qui va très prochainement être mise en place. Ce n’est pas un mois précis mais un mois ajouté. Par exemple si vous payez trois mois, le quatrième sera gratuit. Et pour ceux qui ont déjà payé, nous reviendrons vers eux. Personne ne sera oublié. Mais nous devons régler un problème de logiciel et surtout juridique car le maire doit d’abord prendre un arrêté, mais cela sera réglé très prochainement. »