Strasbourg: Bus, tram, vélo... La feuille de route de l'Eurométropole pour ses transports

POLITIQUE L'Eurométropole de Strasbourg a présenté sa politique de transports 2016-2020...

Alexia Ighirri

— 

Le Bus à haut niveau de service de Strasbourg.
Le Bus à haut niveau de service de Strasbourg. — Varela

Augmenter encore la fréquentation des transports publics et mieux mailler le territoire, grâce à l’extension de certaines lignes ainsi qu’à la restructuration d’infrastructures déjà existantes… Voilà les orientations générales de la politique des transports 2016-2020 de l’Eurométropole de Strasbourg, définies jeudi par son président Robert Herrmann.

Pour y voir un peu plus clair, 20 Minutes vous liste les principales mesures de cette feuille de route pour l’agglomération.

Une restructuration du réseau de bus. De 2016 à 2020, 8 millions d’euros seront consacrés à la restructuration du réseau de bus, notamment dans la deuxième couronne de l’agglomération, afin d’améliorer la performance des lignes structurantes. A commencer, dès 2016, par la ligne 15 qui a connu la plus forte croissance de fréquentation. A noter que la modernisation des pôles d’échanges ferroviaires va aussi se poursuivre.

Deux extensions de tram. Outre la finalisation des extensions de lignes de tram vers Illkirch-Graffenstaden et Kehl, deux nouvelles extensions seront lancées : l’une vers la Robertsau, l’autre vers Koenigshoffen, dont les mises en service sont attendues pour 2019.

Un « bouclage sud ». Dans l’optique de « desserrer le nœud à Homme de Fer aujourd’hui saturé », dixit le vice-président en charge des transports Roland Ries, l’Eurométropole souhaite créer un itinéraire alternatif au sud. Il s’agit en fait d’une extension du Bus à haut niveau de service (BHNS, ligne G) au-delà de la gare de Strasbourg en direction du parc de l’Etoile. En évitant donc le cœur de Strasbourg. La livraison est, là aussi, attendue pour 2019.

Une voirie pour toutes les mobilités. « Il faut un changement de méthode en ce qui concerne la voirie, qu’on ne peut plus concevoir sans penser aux piétons et aux cyclistes, a jugé Robert Herrmann. Il faut essayer d’avoir une vision globale des mobilités. Cela peut être source d’économies tout en ayant un intérêt majeur ».

Un ticket unique. Comme précisé il y a quelques semaines, le titre unique de transport valable sur les réseaux de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) et du TER Alsace, sera mis en place à l’automne 2016.