Lorraine: Prison ferme pour la propriétaire d'un chenil sauvage

JUSTICE La propriétaire d’un chenil sauvage a été condamnée à deux ans et demi de détention pour des maltraitances auprès de ses chats et chiens…

G.D. avec AFP

— 

Illustration de chiens dans un chenil.
Illustration de chiens dans un chenil. — Fran Veale/SIPA

Ses chiens et chats vivaient dans des conditions insalubres. La propriétaire d’un chenil sauvage à Chambley, près de Metz, a été condamnée à 30 mois de prison ferme, mardi, par le tribunal de Briey, a appris l’AFP, ce samedi, auprès d’une association de défense des droits des animaux.

Une récidiviste de l’élevage clandestin

Poursuivie pour une série d’infractions concernant un élevage clandestin de chiens et de chats en récidive, cette femme, âgée d’une cinquantaine d’années, a été reconnue coupable et condamnée à 2 ans et demi de prison ferme avec mandat de dépôt par le tribunal correctionnel de Briey.

La prévenue, déjà condamnée à deux mois de prison ferme en 2007 pour des faits similaires, a fait appel.

« Au milieu de leurs déjections et excréments »

Le 20 novembre 2013, lors d’une perquisition à Chambley dans un ancien commerce de la prévenue transformé en chenil, les gendarmes avaient découvert une centaine de chiens et chats de race, qui vivaient « au milieu de leurs déjections et excréments, sans eau, ni nourriture », selon Me Patrice Grillon, avocat de l’association Stéphane Lamart pour la défense des droits des animaux.

Les enquêteurs avaient découvert des chiens avec des colliers d’étranglement - des golden retriever, des chiots, un cocker américain décharné - et des chats de race - siamois, persans et chartreux - enfermés dans des cages, avait rapporté l’Est Républicain.

Les animaux étaient destinés à être vendus à des sommes inférieures au prix du marché par le biais d’un site internet, selon le journal.