Strasbourg: « Soupes étoilées » pour la bonne cause au marché de Noël

SOCIAL Des soupes, dont les recettes ont été élaborées par quatre grands chefs alsaciens, sont vendues sur le marché de Noël pour financer des associations humanitaires…

G.D. avec AFP

— 

Strasbourg le 2 décembre 2015. Marché de Noël illustration
Strasbourg le 2 décembre 2015. Marché de Noël illustration — G. Varela / 20 Minutes

Des centaines de litres de soupe vendues pour la bonne cause. L’opération humanitaire qui a démarré depuis une semaine, sera organisée tout au long de décembre au marché de Noël de Strasbourg.

Au pied du sapin illuminé qui domine la principale place de la ville, les militants du collectif Humanis se relaient tous les jours, louche en main, dans l’un des cabanons de bois du célèbre marché, davantage connu pour son vin chaud, ses décorations ou ses friandises sucrées.

Aider des salariés en insertion

Dans la marmite fumante d’Humanis, quatre soupes raffinées, dont les recettes ont été élaborées par quatre grands chefs alsaciens, vont se succéder chaque semaine jusqu’à la veille de Noël.

 

L’opération doit aider à financer la rémunération de salariés en insertion, employés par des associations humanitaires. « L’an dernier, la soupe nous a rapporté au moins 25.000 euros, de quoi apporter ce qui nous manquait pour 15 postes équivalent temps plein », détaille Monique Berthelon, responsable de l’opération chez Humanis.

C’est la troisième fois que ces « soupes étoilées » s’installent dans le « village du partage » du marché de Noël, réservé aux organisations humanitaires. Un lieu voulu par la municipalité comme un contrepoint à l’aspect mercantile de l’opération « Strasbourg, capitale de Noël », qui attire chaque année deux millions de touristes dans la capitale alsacienne.

Cinq litres pour des touristes japonais

Une semaine après son démarrage, l’opération est déjà un succès : vendredi, il ne restait quasiment plus une goutte de la première soupe, le velouté de topinambours au curry concocté par Pascal Bastian, chef du Cheval Blanc à Lembach (deux étoiles au Michelin).

« L’autre jour, des touristes japonais m’en ont acheté cinq litres », sourit Caroll Schmidt, l’une des bénévoles qui se relaient dans le cabanon.

Recettes de quatre grands chefs alsaciens

Chaque année, des chefs prestigieux prêtent leur notoriété à l’opération : Olivier Nasti, du Chambard à Kaysersberg (également deux étoiles au Michelin), a imaginé un velouté de potiron. Dominique Radmacher, de « chez Yvonne » à Strasbourg, proposera une crème de chou-fleur au pain d’épices et yuzu (un agrume asiatique). Et Emile Jung, ancien chef triplement étoilé du Crocodile à Strasbourg, a conçu un velouté de haricots coco blancs au paprika.

Si l’élaboration des recettes revient aux grands chefs, la réalisation des soupes incombe bien, en revanche, aux bénévoles du collectif humanitaire, encadrés par un cuisinier professionnel.