VIDEO. Etat d'urgence: Une perquisition musclée indigne une famille encore traumatisée

SOCIETE Les forces de l’ordre qui sont intervenues sans ménagement lors d’une perquisition il y a dix jours route de Schirmeck n’ont trouvé qu’un octogénaire et sa fille handicapée…

G.V.

— 

Strasbourg, le 16 décembre 2015. - Intervention du Raid et la BRI dans un immeuble du quartier de Neudorf, à Strasbourg, où Abdeslam Salah aurait été aperçu. Il s'agissait d'une fausse piste.
Strasbourg, le 16 décembre 2015. - Intervention du Raid et la BRI dans un immeuble du quartier de Neudorf, à Strasbourg, où Abdeslam Salah aurait été aperçu. Il s'agissait d'une fausse piste. — G. Varela / 20 Minutes

Suite aux perquisitions menées il y a dix jours à Strasbourg dans le cadre des opérations antiterroristes, la fille de l’un des propriétaires d’une maison située route de Schirmeck à Strasbourg, traumatisée comme le reste de sa famille témoigne sur France 3 Alsace. Elle parle au nom des siens et même si elle comprend l’intervention des forces de l’ordre elle dénonce les raccourcis trop rapides de la traque antiterroriste.

Des dégâts importants

Le Raid et la police judiciaire et de la BRI avaient mené le 21 novembre dernier une perquisition musclée dans la maison d’un homme âgé de 80 ans et de sa deuxième fille, âgée de 46 ans, handicapée mentale. Lors de l’intervention, des dégâts importants ont été causés à la maison notamment à l’étage du duplex qui est dorénavant inutilisable. Les forces de l’ordre étaient à la recherche d’armes et de stupéfiants. L'octogénaire avait été mis au sol sans ménagement et menotté avec sa fille. Un temps hospitalisé, le père de famille reste très choqué et ne comprend pas la violence de la perquisition.


Vidéo France 3 Alsace. Perquisitions route de Schirmeck : la fille de l’un des propriétaires témoigne

Du bicarbonate de soude et un fils salafiste

Selon France 3 Alsace, cette perquisition faisait suite au contrôle de ces fils (dont l’un est salafiste selon le témoignage de sa sœur) à la frontière Suisse. Revenant d’un voyage, des traces de bicarbonate de soude avaient été trouvées dans le coffre de sa voiture.

La perquisition n’a donné lieu à aucune interpellation, ni de saisie de drogue ou d’armes.