Lorraine: Un médecin jugé dans un trafic de Subutex

JUSTICE Ce lundi s'est ouvert le procès d'un médecin généraliste de Moselle ayant délivré des milliers d’ordonnances de Subutex...

A.I. avec AFP

— 

Illustration justice Le 29 01 07
Illustration justice Le 29 01 07 — G . VARELA / 20 MINUTES

Il est soupçonné d’avoir été trop complaisant en délivrant des milliers d’ordonnances de Subutex. Ce lundi s’est ouvert le procès d’un médecin généraliste de Hombourg-Haut (Moselle), Dr Jacques Furlan, devant le tribunal correctionnel de Sarreguemines, qui a prescrit de fin mars 2011 à avril 2013 près de 25.000 ordonnances de Subutex à quelque 285 patients, la plupart du temps lors de consultations expéditives.

« On veut que je serve d’exemple et que les autres médecins aient peur et ne prescrivent plus de Subutex », a estimé le Dr Furlan à la barre, assurant n’avoir « jamais eu (…) une intention de frauder la Sécurité sociale ».

Ancien maire de la ville, le prévenu joue son avenir professionnel : il est sous le coup d’une interdiction d’exercer depuis sa mise en examen en octobre 2013.

Contribution indirecte

Le parquet de Sarreguemines a estimé qu’il avait ainsi contribué indirectement à l’important trafic de Subutex dans la région : chez l’un des deux prévenus soupçonnés d’avoir revendu les médicaments prescrits, les forces de l’ordre ont découvert plus de 600 comprimés.

« En distribuant du Subutex à des patients qui n’en ont pas besoin, on alimente un réseau », a fait valoir le représentant du ministère public.

Un pharmacien jugé

Un pharmacien et deux hommes soupçonnés d’avoir revendu ce substitut à l’héroïne à des toxicomanes comparaissent à ses côtés. Le premier est soupçonné d’avoir profité des pratiques du docteur Furlan.

Une enquête de l’Agence régionale de santé dans l’officine du pharmacien avait fini par relever des « dysfonctionnements », comme par exemple des incohérences dans les dates de délivrance de médicaments par rapport à celles des ordonnances.

Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 11 janvier.