Marché de Noël: Priorité aux vélos et aux piétons dans les rues de Strasbourg

TRANSPORTS La collectivité saisit l’opportunité des restrictions de circulation pour mener une expérimentation en matière de déplacement et de stationnement…

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 30 novembre 2015. Isaac Camilleri, fondateur de la société Timing transport express.
Strasbourg le 30 novembre 2015. Isaac Camilleri, fondateur de la société Timing transport express. — G. Varela / 20 Minutes

Les interdictions de circulation et de stationnement dans l’ellipse insulaire pour le marché de noël créent une situation dont la collectivité « saisit l’opportunité pour faire de Strasbourg un terrain d’expérimentation » en matière de déplacement urbain et de stationnement, mais aussi de livraison, a indiqué ce lundi Jean-Baptiste Gernet, délégué aux modes actifs de déplacement de l’eurométropole.

Moins de places de stationnement pour les voitures

C’est pourquoi près de 340 places de vélos (157 arceaux et 24 places range vélo) ont été créés ces derniers jours, souvent aux emplacements réservés jusque-là aux voitures. Et leur nombre devrait encore augmenter dans les prochains jours pour atteindre les 400 places supplémentaires. Une opportunité qui favorise le processus déjà lancé et décidé par la collectivité avec les « plateaux piétonniers » qui seront mis en place au printemps 2016. D’ailleurs certaines installations comme celles rue des Francs-Bourgeois (30 arceaux) ou rue du 22 novembre (15 supplémentaires) seront pérennisées à l’issue du marché de Noël. Une expérience qui selon le délégué pourrait pourquoi pas dans les années à venir, se généraliser dans l’ellipse insulaire…

Si les cyclistes et les piétons ont découvert des « rues apaisées » selon le délégué, l’interdiction de circuler de 10h à 20h cause certains problèmes de livraison, d’acheminement de marchandises de certains commerçants.

Pour éviter tout grincement de dents et trouver une solution compatible avec les mesures de sécurités drastiques mises en place, la ville s’est tournée tout naturellement vers les nouveaux modes « doux » de déplacements et de transports. Elle a pour cela dès vendredi, jour de l’ouverture du marché de Noël, rencontré trois sociétés strasbourgeoises de livraison express par coursier à vélos, les seuls autorisés à circuler dans les rues de la ville mais aussi certains « acteurs de logistique à vélo » qui acceptent de mettre à disposition des particuliers et des professionnels qui souhaitent se faire livrer au-delà des horaires autorisés, des moyens humains et matériels supplémentaires. La collectivité se charge de faire l’interface entre les livreurs à vélo, les commerçants mais aussi la CCI.

Pour aller au-delà de la période Noël

Isaac Camilleri, coursier et fondateur de Timing transport express, qui a doublé ses effectifs pour l’occasion et travaille en continu espère bien plus qu’un soutien ponctuel. « J’espère que ce n’est pas uniquement pour répondre à un coup d’urgence. C’est l’occasion de faire passer un message et d’informer le plus grand nombre qu’il existe d’autres solutions que la camionnette pour faire des livraisons rapides dans tout le centre-ville. J’espère que cela ira au-delà de la période de noël et qu’il va y avoir de nouveaux automatismes. »

Strasbourg le 30 novembre 2015. Isaac Camilleri, fondateur de la société Timing transport express. - G. Varela/20 Minutes

Le dernier kilomètre

Innovante, acceptant les commandes et le paiement sécurisés en ligne via leur site Internet, les coursiers à vélo pourraient bien être complémentaires des autres modes de livraison existant, voire même prépondérants en centre-ville. Avec une capacité en charge de 150 kg, les coursiers à vélos espèrent « réellement ouvrir le sujet pour l’avenir ». Un sujet sur lequel réfléchirait la collectivité qui envisagerait de créer à proximité du centre-ville (comme place de la République) des hubs logistiques où livreurs motorisés pourraient confier leurs marchandises aux livreurs à vélo (et vice versa), ce qui pourrait résoudre le fameux problème du « dernier kilomètre ».

>> A lire aussi : Une voiture électrique, 100 % connectée et qui peut se transformer en petit train

Une consultation publique sur la politique cyclable sera d’ailleurs lancée vers le 9 décembre via internet et une enquête téléphonique.