Marché de Noël : Après les attentats, l'hôtellerie limite la casse à Strasbourg

ECONOMIE Premières conséquences depuis les événements de Paris à Strasbourg où des milliers de visiteurs sont attendus pour les fêtes de Noël…

Gilles Varela

— 

Marché de Noël Strasbourg. Le 11 12 2008
Marché de Noël Strasbourg. Le 11 12 2008 — G . VARELA / 20 MINUTES

Jusqu’ici, tout va bien… ou presque. A la veille de l’ouverture du marché de Noël, hôteliers et professionnels du tourisme restent confiant, même s’ils ont bien conscience que tout reste à faire.

« Il n’y a pas eu le raz de marée d’annulation que nous aurions pu craindre au lendemain des tragiques attentats de Paris » confie Patrice Geny, directeur de l’Office de tourisme de Strasbourg et de sa région. « Un de nos indicateurs est le nombre de visites guidées des groupes qui tourne normalement sur le mois de novembre et décembre autour de 500 ou 600 groupes. Pour l’instant une cinquantaine d’entre eux a annulé soit 10 %, et pour l’essentiel ce sont des groupes scolaires. C’est un nombre important mais pas si inquiétant au vu de la situation et qui pourrait bien être rattrapé dans les prochains jours car l’offre est habituellement inférieure à la demande », rassure Patrice Geny.

« Tout reste à faire »

Un constat que partagent également des professionnels de l’hôtellerie. Jean-Philippe Kern, directeur général du Sofitel, également « ambassadeur » pour Strasbourg du groupe Accor (groupe qui gère une trentaine d’hôtels dans la ville) confirme cette tendance : « Pour l’instant on prévoit à peu près entre 10 % et 20 % de chiffre d’affaires en moins par rapport à ce qui était prévu avant les attentats de Paris. Mais on peut avoir encore une bonne surprise si les restrictions d’accès à la Grande Île ne viennent pas peser sur les ardeurs des visiteurs. Mais le dispositif de sécurité mis en place est très rassurant et nous envisageons d’être complets les prochains week-ends, même s’il y a encore beaucoup d’inconnues et que les jours à venir sont décisifs. Mais cela restera de toute façon un bon mois », relativise Jean-Philippe Kern.

Une confiance en l’avenir

Une confiance en l’avenir affichée également par Batorama, la première activité touristique payante d’Alsace avec 784.450 passagers en 2014. « Nous avons eu 2.000 annulations depuis les événements. Au lendemain des attentats c’était surtout des particuliers. Puis il y a eu une vague de scolaires avec les interdictions ministérielles et maintenant quelques groupes de visiteurs étrangers » indique Reynald Schaich, directeur adjoint de Batorama. La société qui accueille généralement plus de 24.000 visiteurs en novembre et près de 80.000 en décembre reste confiante, aux vues des réservations maintenues pour janvier et loue elle aussi les mesures importantes de sécurités mises en place.

>> A lire aussi : Les restrictions qui placent le marché de Noël sous haute surveillance

« Nous recevons des centaines d’appels téléphoniques par jour de personnes qui veulent avoir des informations sur la tenue du Marché de Noël mais aussi de son contenu et beaucoup de message d’encouragement » se félicite Patrice Gény de l’office du tourisme confiant de voir la magie de Noël opérer à nouveau.