Alsace: Un potentiel solaire «énorme» dans la région, mais sous-exploité

ENERGIE Greenpeace a présenté une étude sur la manne inexploitée du solaire dans l'Est de la France...

Alexia Ighirri

— 

L'Alsace a un fort potentiel solaire, selon Greenpeace. (Illustration de panneaux solaires)
L'Alsace a un fort potentiel solaire, selon Greenpeace. (Illustration de panneaux solaires) — P.Magnien / 20 Minutes

L’Alsace n’est peut-être pas la région la plus ensoleillée de France, mais elle a un vrai potentiel solaire. C’est ce qui ressort d’une étude, dont les conclusions ont été présentées par Greenpeace mercredi matin.

« C’est pertinent de parler de solaire dans la région, elle a un potentiel énorme », assure Cyrille Cormier, chargé de campagne énergies à Greenpeace France, qui a balayé d’un revers de main l’idée que les panneaux solaires étaient réservés aux régions du sud. « On a une vision trop franco-française, poursuit-il. On voit qu’en Europe, le développement solaire est très fort en Allemagne, en Belgique et au Luxembourg, qui sont à la même latitude que l’Alsace et la grande région Est. Les pays les plus équipés sont les pays du nord. »

Peu de projets, peu de financements

Plus de 4,5 gigawatts de photovoltaïque ont déjà été installés dans la région du Bade-Wurtemberg, ce qui couvre plus de 7 % de sa consommation d’électricité, contre seulement 430 mégawatts dans le nord-est.

Citant une analyse de l’Agence de développement, de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), Cyrille Cormier a indiqué que « si on équipait tout ce qui est équipable, on pourrait produire 38,8 gigawatts, ce qui représente 60 % du parc nucléaire français ».

D’autant que les consommateurs mettent déjà, en quelque sorte, la main à la poche : chaque année, ils payent près de 250 millions d’euros d’aides sur leur facture d’électricité pour soutenir l’éolien et le solaire. Un financement qui est ensuite reversé sur les territoires pour soutenir différentes initiatives. Contrairement à la Lorraine et la Champagne-Ardenne, l’Alsace reçoit peu de financement, faute de projets : « 48 millions d’euros sortent de l’Alsace et n’y reviennent jamais », alerte le militant Greenpeace.

>> A lire aussi : Le solaire, une énergie d’avenir mais qui a besoin d’un coup de pouce politique

Un « plan 1 % solaire »

Greenpeace a « voulu aller plus loin », en faisant des propositions spécifiques aux candidats aux élections régionales en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine pour planifier efficacement la transition énergétique. Elles sont regroupées dans un « plan 1 % solaire », qui demande qu’1% du budget de la région soit investi dans des projets solaires pendant cinq ans. Ce qui aurait, pour l’association, des millions d’euros de retombées économiques sur le territoire.

Tous les candidats ont été contactés par Greenpeace. A ce jour, « la liste du socialiste Jean-Pierre Masseret nous a approchés, ainsi que l’entourage de Philippe Richert [candidat Les Républicains] », conclut Cyrille Cormier.