Nancy: Trois Anonymous condamnés pour des attaques informatiques

JUSTICE Les trois hommes, accusés d’avoir piraté des sites institutionnels, ont été condamnés à des peines de prison avec sursis…

Gilles Varela

— 

Paris le 11 fevrier 2012. Manifestation des Anonymous. Illustration
Paris le 11 fevrier 2012. Manifestation des Anonymous. Illustration — GELEBART

Conformément aux réquisitions du parquet, les trois Anonymous accusés d’avoir piraté les sites du conseil général de la Meuse, du conseil régional de Lorraine et de l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) ont été condamnés à des peines de prison avec sursis, rapporte l’AFP.

Le tribunal a condamné Cédric Sibille, 36 ans, à huit mois de prison avec sursis, et Loïc Schneider, 20 ans, et David Druart, 41 ans, à quatre mois de prison avec sursis chacun, conformément aux réquisitions du parquet. Leur matériel a été confisqué et ils devront dédommager la région Lorraine (près de 6.000 euros en tout) ainsi que le conseil départemental de la Meuse (près de 1.500 euros). Ils devront également verser un euro symbolique à l’Andra.

Les trois Anonymous ont été reconnus coupables d’avoir entravé ou faussé le fonctionnement d’un système automatique de gestion de données ainsi que d’avoir participé à un mouvement en bande organisée. En revanche, ils ont été relaxés pour les accusations pour intrusion et modification de données.

Les trois militants étaient passibles de peines allant jusqu'à 10 ans de prison et 150.000 euros d'amende.

Un piratage de protestation

L’objectif de ce piratage ? Protester contre l’implantation d’un centre d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure dans la Meuse. Pour cela, ils avaient saturé de messages les sites jusqu’à les mettre temporairement hors fonction relate l’Est Républicain.

>> A lire aussi : Provocations en ligne entre pro-Daesh et Anonymous après les attentats de Paris

Soutenus par une centaine de militants écologiques et altermondialistes présents lors du procès à Nancy le 10 novembre, les trois hommes originaires de Reims, Nantes et Nancy, ne s’étaient jamais rencontrés et n’avaient eu des contacts que sur Internet pour préparer leur opération de piratage.