Strasbourg : Noé Debré connait sa ville comme «un ado»

CINEMA Le Strasbourgeois Noé Debré, scénariste du film « Les Cowboys » en salles ce mercredi, livre sa vision de sa ville…

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 27 octobre 2015. - Noé Debré, coscénariste strasbourgeois du long-métrage «Les Cowboys» qui sort le 25 novembre 2015 et qui a participé à l'écriture de «Dheepan», Palme d'or 2015 au Festival de Cannes.
Strasbourg, le 27 octobre 2015. - Noé Debré, coscénariste strasbourgeois du long-métrage «Les Cowboys» qui sort le 25 novembre 2015 et qui a participé à l'écriture de «Dheepan», Palme d'or 2015 au Festival de Cannes. — Floreal Hernandez

Ça fait 10 ans que Noé Debré a quitté Strasbourg. Il est parti à Paris pour intégrer l’Ecole supérieure d’études cinématographiques, aujourd’hui, il y revient comme scénariste d’un film qui a reçu la Palme d’Or au Festival de Cannes 2015. Pour Dheepan, il a travaillé aux côtés de Jacques Audiard et Thomas Bidegain. Noé Debré a retrouvé ce dernier pour l’écriture des Cowboys qui sort ce mercredi au cinéma, film avec François Damiens qui montre les bouleversements d'une famille après la disparition de leur fille.

>> Bande-annonce Les Cowboys.

 

>> A lire aussi: «Les Cowboys»: Pourquoi ce western sur fond de djihad sort malgré les attentats à Paris

Ponctualité et morale au travail

Lors de l’avant-première des Cowboys, fin octobre, Noé Debré avait fait le déplacement depuis Paris. L’occasion de lui demander ses coups de cœur strasbourgeois.

Ses retours dans la capitale européenne sont rythmés par des visites familiales. Lors de celles-ci, l'ex-élève du lycée Kléber en profite pour se promener au parc de l’Orangerie. « Mes parents habitent désormais à côté. J’aime y aller. Il n’y a pas un tel parc à Paris. Les Buttes Chaumont ? Oui mais dès qu’il fait beau, il y a 9.000 personnes qui s’y rendent. »

>> A lire aussi: Interview de Noé Debré, l'après-midi de la sortie de Dheepan.

Parti à 18 ans à Paris, Noé Debré s’aperçoit qu’il connaît « mal la Krutenau. J’ai été ado à Strasbourg mais pas étudiant ». En arrivant dans la capitale, il raconte qu’il a pris conscience de la « culture protestante » qui règne à Strasbourg : morale dans le travail, ponctualité. Ce qu'il n'a pas forcément retrouvé à Paris. « C’est ce qui m’a le plus frappé. La lecture de Max Weber a été comme une psychanalyse », sourit Noé Debré.

Un film à Strasbourg en 2016?

Un certain nombre de ses amis s’étant installés à Paris, le scénariste retrouve à leurs côtés « un humour alsacien qui vient avec l’accent ». Et s’il doit se muer en guide de Strasbourg, Noé Debré incite à faire deux choses dans la capitale alsacienne : aller voir la place de la République qu’il trouve « très harmonieuse » et manger des bibeleskas.

Jusqu’à présent, il n’a pas écrit de film qui se passe à Strasbourg. Mais il n’est pas dit que celui coécrit avec Mathieu Sapin, ex-étudiant des Arts déco et auteur du remarqué Le Château, un an dans les coulisses de l'Elysée, ne soit pas tourné dans la capitale alsacienne. « C’est une comédie pendant une campagne présidentielle. Un passage par Strasbourg est donc possible, souligne Noé Debré. D’autant qu’un des producteurs est alsacien. » A voir donc.