Attentats à Paris: Les Strasbourgeois pas unanimes sur le maintien du marché de Noël

SECURITE Si le maintien du marché de Noël réjouit les commerçants et de nombreux Strasbourgeois, des résidents du centre ville rencontrés par « 20 Minutes » émettent de sérieuses réserves…

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 22 novembre 2015. Installation du Marché de Noël dans le centre ville.
Strasbourg le 22 novembre 2015. Installation du Marché de Noël dans le centre ville. — G. Varela / 20 Minutes

Suite aux attentats de Paris, le maire de Strasbourg, Roland Ries avait un temps envisagé d’annuler le marché de Noël de Strasbourg. Mais vendredi dernier la municipalité a finalement décidé de maintenir la 445e édition du marché de Noël de Strasbourg qui ouvrira, comme prévu, le 27 novembre.

Strasbourg le 22 novembre 2015. Installation du Marché de Noël dans le centre ville. - G. Varela / 20 Minutes

 

Une décision généralement approuvée et notamment des commerçants qui s’étaient inquiétés des conséquences économiques qu’une telle décision entraînerait, mais un peu moins par des résidents de l’hypercentre, directement concernés et que 20 Minutes a rencontré.

>> A lire aussi : Strasbourg maintient son marché de Noël

Devant des commerçants à l’ouvrage qui se dépêchent de monter les structures des chalets un peu partout dans la ville, certains résidants font la grimace.

« C’est difficile d’avoir un avis tranché. Mais je me sens une fois encore abandonné. La plupart des touristes viennent quelques jours et feront un seul passage au marché de Noël. Mais moi je vais prendre un risque pendant un mois, plusieurs fois par jour en bas de mon immeuble. C’est encore une preuve que c’est un marché pour les touristes pas pour les Strasbourgeois qui n’ont que les contraintes », s’inquiète Adèle.

Strasbourg le 22 novembre 2015. Installation du Marché de Noël dans le centre ville. - G. Varela / 20 Minutes

Un « bon compromis »

« C’est difficile de se positionner sur cette décision. Je comprends la valeur symbolique de son maintien et de son importance économique mais cela inquiète ma femme car nous avons un enfant et lors des trajets à l’école, à proximité, il peut se passer quelque chose. Si cela arrive, nous avons toutes les chances d’être là. Mais je trouve que les mesures et les restrictions prises pour assurer la sécurité sont un bon compromis comme la fermeture du village des enfants place Saint-Thomas », relativise Xavier.

Les familles sont plus inquiètes

Un avis que ne partagent pas notamment les familles, comme Anne, maman de trois enfants. « Nous circulons à pied. Pour aller à l’école, faire ses courses, pour tous les gestes du quotidien, nous devons passer à proximité immédiate des marchés de Noël. J’ai toujours eu un peu peur, surtout depuis l’attentat déjoué il y a quelques années. Mais cette année, c’est vraiment particulier. Nous sommes en plein état d’urgence. Cela arrive trop vite, on n’a pas le temps de se retourner. Il va y avoir des restrictions de circulation, de stationnement, d’accès… C’est ridicule. A Lyon, ils ont bien annulé la fête des Lumières avec ses trois millions de visiteurs. Pourquoi pas ici ? ».

Le maintien est une bonne chose

Un sentiment que ne partage pas en revanche Céline et Erwan : «Le maintien du marché de Noël est une très bonne chose. Il ne faut pas s’arrêter de vivre, il faut sortir, aller aux restos, visiter les marchés. Il faut garder l’esprit de Noël même si les discussions en ce moment tournent autour des événements et pas des listes de cadeaux. Notre famille et nos amis vont venir sans aucune peur. » « Cela va même redonner du sens à ce marché qui l’avait un peu perdu ces dernières années », ajoute Hélène.

Pour l’heure, un dispositif de sécurité spécifique est en train d’être établi.