VIDEO. Basket: «Les dieux du basket étaient pour nous», s'étonne Vincent Collet

SPORT La SIG a remporté son troisième match d’Euroligue en battant l’Etoile Rouge de Belgrade (78-75). Et pourtant, les Strasbourgeois étaient menés de 18 points à la mi-temps…

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 19 novembre 2015. - Jérémy Leloup a inscrit 24 points lors du succès de la SIG sur l'Etoile Rouge de Belgrade (78-75).
Strasbourg, le 19 novembre 2015. - Jérémy Leloup a inscrit 24 points lors du succès de la SIG sur l'Etoile Rouge de Belgrade (78-75). — Jean-François Badias / Euroleague

Et une, et deux, et trois. A chaque match à domicile de la SIG en Euroligue, Vincent Collet arrive soufflé par le scénario du match. Il faut dire que battre le Fenerbahçe (91-70), le Real Madrid, champion d’Europe (93-66) et l’Etoile Rouge de Belgrade (78-75) après avoir compté 21 points de retard (34-55, 21e), ça bouleverse. « C’est incroyable. Il se passe quelque chose au Rhenus », sourit le coach strasbourgeois.

>> A lire aussi : Revivez la remontée fantastique de la SIG face à Belgrade (78-75).

>> Le résumé de SIG-Etoile Rouge de Belgrade (78-75).

Campbell chef de clan, Leloup chef de meute

Mais le technicien ne tombe pas dans l’euphorie et assène un « Rien n’est fait » pour une qualification au Top 16 de la prestigieuse compétition. Performance qu’aucun club français n’a réalisée depuis 2007. La SIG se rapproche de cette deuxième étape mais manque « encore de maturité », dixit Vincent Collet, pas satisfait du peu d’agressivité en première période (34-52). De l’autre côté du parquet, les Serbes connaissaient une adresse folle avec un 10/17 à trois points.

Mais les Strasbourgeois conduits par Louis Campbell, chef de clan, et Jérémy Leloup, chef de meute ont réussi un incroyable come-back en deuxième période. « On a fait preuve de caractère. Il aurait pu ne pas être couronné de succès mais il était là », souligne le coach. « On a décidé de tout mettre dans la bataille », enchaîne Jérémy Leloup, auteur de 24 points et 8 rebonds. « C’est le match de ma vie en Euroligue (sourire). »

La 5e faute de Jovic est « une aubaine »

Chaque Strasbourgeois a eu sa séquence. Rodrigue Beaubois a réussi « deux, trois exploits », dixit Vincent Collet, Romain Duport a apporté 4 points en une minute, Romeo Travis a fait un gros travail de l’ombre et s’est arraché en fin de match pour pousser un ballon en fin de match… « Je retiens l’engagement, l’énergie de mes joueurs. Je pourrai dire plus mais par politesse, je ne le fais pas », rigole l’entraîneur de la SIG.

Dejan Radonjic, le coach serbe, et Vincent Collet retiennent l’un et l’autre un tournant dans le match : la 5e faute de Stefan Jovic (37e, 67-70). « Ça nous a pénalisés », note le technicien de l’Etoile Rouge. « Une aubaine, pour Collet. Derrière, on a mis la pression sur le jeune Rebic comme eux avaient su le faire sur nous à Belgrade. »

Derrière la SIG via Beaubois, Weems ou Campbell a régalé ses supporters debout qui ont entonné leur deuxième Marseillaise de la soirée après celle en hommage aux victimes des attentats de Paris.