Marché de Noël: «Il faut continuer à fêter nos traditions» malgré la menace terroriste

TOURISME Les commerçants et exposants du marché de Noël ne peuvent imaginer l'annulation de la manifestation à Colmar...

Floréal Hernandez

— 

Colmar, le 17 novembre 2015. - Les exposants du marché de Noël de Colmar préparent leurs chalets pour l'ouverture prévue le vendredi 20 novembre 2015.
Colmar, le 17 novembre 2015. - Les exposants du marché de Noël de Colmar préparent leurs chalets pour l'ouverture prévue le vendredi 20 novembre 2015. — F. Hernandez / 20 Minutes

Le bruit des perceuses retentit dans le centre-ville de Colmar décoré de guirlandes et de sapins. Les exposants ont pris possession de leurs stands pour le marché de Noël et les préparent pour l’ouverture de l’événement, vendredi. Visseuse dans une main, téléphone dans l’autre, Bruno montre à quoi va ressembler son stand de magie devant l’église des Dominicains. Il a appelé ses amis haut-rhinois pour récupérer des branches de sapin afin de faire le décor naturel de son cabanon.

>> A lire aussi : Les marchés de Noël menacés d’annulation dans le Haut-Rhin.

Annulations de chambres d’hôtel

Imaginer que le marché de Noël qui attire un million de visiteurs soit annulé n’a pas traversé l’esprit de celui qui expose depuis 16 ans à Colmar (Haut-Rhin). « Il ne faut pas donner raison aux terroristes, estime Bruno. On sait qu’on risque notre vie en travaillant dans les rues. Aujourd’hui, un peu plus qu’en temps normal. »

Dans les hôtels colmariens, on affirme avoir enregistré des désistements de touristes français ou étrangers suite aux attentats de Paris, de vendredi. Un quatre-étoiles du centre-ville concède « une dizaine d’annulations », les autres parlent de quelques-unes. Malgré tout, le taux de réservation reste bon.

>> A lire aussi le dossier de 20 Minutes sur les attentats de Paris.

Décembre est un mois capital pour les commerçants

Les commerçants sont confiants sur le maintien du marché de Noël. « On pense aux victimes mais il faut continuer à vivre, ne rien arrêter », avance Philippe, gérant d’une boutique qui vend du foie gras, des confitures, du vin « made in Alsace ». Il reconnaît qu’une annulation de la manifestation aurait des conséquences économiques fâcheuses. « Décembre, c’est 30 % de mon chiffre d’affaires. » Sur son stand de magie, Bruno chiffre à « deux mois et demi de travail » le marché de Noël.

 

À Colmar, le Marché de Noël met aussi les géraniums en valeur. #alsace #colmar #marchedenoel #fleurs

Une photo publiée par Floreal Hernandez (@floreal_hdez) le 17 Nov. 2015 à 4h29 PST

 

A la Maison alsacienne de biscuiterie qui double ses points de vente – vingt-deux contre dix à l’année – lors des marchés de Noël en Alsace, à Lyon ou à Montreux, on attend les décisions préfectorales pour les marchés de Noël de Colmar et de Strasbourg. « On l’acceptera », prévient Barbara Hilgert, la responsable marketing. Un des salariés lance : « On ne va pas se terrer. » Un constat partagé par Philippe. « Il faut continuer à fêter nos traditions surtout Noël. Il ne faut pas céder au chantage des terroristes. »