EN IMAGES. Strasbourg: La future clinique Rhéna a testé son bloc opératoire et ses chambres

INFO «20 MINUTES» Les locaux témoins de la future clinique strasbourgeoise Rhéna ressemblent à des décors de cinéma…

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 12 novembre 2015. - La clinique Rhéna a construit des locaux témoins –chambres, blocs opératoires– pour préparer son entrée dans ses futurs locaux du Port du Rhin fin 2016. Lancer le diaporama
Strasbourg, le 12 novembre 2015. - La clinique Rhéna a construit des locaux témoins –chambres, blocs opératoires– pour préparer son entrée dans ses futurs locaux du Port du Rhin fin 2016. — Floreal Hernandez

On se croirait dans un décor de cinéma. Posé au Port du Rhin, un hangar abrite derrière deux lourdes portes en fer les futurs blocs opératoires et chambres de la clinique Rhéna. Celle-ci n’accueillera son premier patient qu’au premier semestre 2017 au Port du Rhin. Mais ses équipes ont déjà pu prendre connaissance de leurs futures conditions de travail. 20 Minutes a eu accès en exclusivité à ces locaux témoins avant qu’ils ne soient démontés.

Strasbourg, le 12 novembre 2015. - La clinique Rhéna a construit des locaux témoins –chambres, blocs opératoires– pour préparer son entrée dans ses futurs locaux du Port du Rhin fin 2016. - Floreal Hernandez

Des locaux «martyrisés»

Dans la chambre simple ou dans la double, il ne manque rien. Les lits, fauteuils, tables basses, lumières, télévisions sont installés. Les draps-housses des lits ont même été mis. « On s’est servis de ses locaux comme d’un laboratoire, on les a martyrisés. Tous les métiers de la clinique sont passés pour les tester », indique Guillaume Lohr, directeur général de Rhéna, clinique issue de l’alliance inédite de trois cliniques privées à but non-lucratif, confessionnelles Adassa (clinique juive), Diaconat (clinique protestante) et Sainte Odile (clinique catholique).

>> A lire aussi: Rhéna, une première pierre à 100 millions d'euros.

Les agents de service hospitalier sont venus faire le ménage pour signaler les zones non accessibles. « Ce qui nous a conduits à modifier la hauteur des miroirs pour éviter les troubles musculosquelettiques », avance Sylvain Derouet, directeur général adjoint de Rhéna. Les soignants ont eux testé les possibilités de sortir un patient d’une chambre double sans gêner l’autre. Des rideaux ont été intégrés à la paroi pour préserver l’intimité des patients. « C’est fini les paravents qui traînaient au sol », se réjouit Guillaume Lohr.

Strasbourg, le 12 novembre 2015. - La clinique Rhéna a construit des locaux témoins –chambres, blocs opératoires– pour préparer son entrée dans ses futurs locaux du Port du Rhin fin 2016. - Floreal Hernandez

101 millions d'investissement

Dans les blocs opératoires où Rhéna a bénéficié du prêt de matériels par des fournisseurs, des corrections ont également été apportées. « Modifier des erreurs en amont coûte moins cher qu’a posteriori quand il y a 373 lits », souligne le directeur général de la clinique. La valorisation de ces locaux témoins n’a pas été estimée mais les économies finales les justifient. Cette pratique de tests n’est pourtant pas répandue dans le milieu hospitalier à écouter les équipes de Rhéna.

Les locaux témoins ont donc servi de laboratoire et de communication interne avec un cycle de visites de six semaines des salariés. Ils vont aussi être amenés à « être des juges de paix », dixit Guillaume Lohr. Les entreprises qui travaillent sur le bâtiment Rhéna ont été emmenées dans les locaux témoins et ceux-ci feront foi si l’écart entre la demande et la réalisation est trop grand.

>> Projection de la future clinique Rhéna.

Projection de l'extérieur de la future clinique Rhéna située au Port du Rhin. - Clinique de Strasbourg / AIA Associés


Concernant les travaux de la clinique face au Pont de l’Europe – 101 millions d’investissement pour 30.000 m2 d’infrastructures –, le gros œuvre est presque terminé que le second œuvre a déjà débuté. La réception des bâtiments est prévue pour la fin 2016.