20 Minutes : Actualités et infos en direct
MIGRANTSStrasbourg: Les jeunes écologistes déploient une banderole pour les migrants au Parlement européen

Strasbourg: Les jeunes écologistes déploient une banderole pour les migrants au Parlement européen

MIGRANTSPrès d’une soixantaine de jeunes Autrichiens et Alsaciens ont souhaité la bienvenue aux réfugiés…
Les jeunes écologistes autrichiens et français déploient une banderole en faveur de réfugiés devant le Parlement Européen. Strasbourg le 27 octobre 2015
Les jeunes écologistes autrichiens et français déploient une banderole en faveur de réfugiés devant le Parlement Européen. Strasbourg le 27 octobre 2015 - G. Varela / 20 Minutes
Gilles Varela

Gilles Varela

Trop de paroles et peu d’actes. Une soixantaine de jeunes écologistes autrichiens et la secrétaire fédérale des jeunes écologistes Cécile Germain ont déployé une banderole « Bienvenue aux réfugiés en anglais et en autrichien » devant le Parlement Européen, alors que se tenait cet après-midi un débat en session plénière sur les migrations.

La solidarité en question

« La solidarité est la condition sine qua non de l’avenir de l’humanité », a souligné Cécile Germain alors que le porte-parole de des jeunes Verts autrichien, Kay Michael Dankl, plaide pour que les personnes « puissent venir vivre en Europe où bon leur semble. Ce ne sont pas des meubles », a reproché le jeune Autrichien avant de rappeler l’importance de créer un réel fonds européen pour venir en aide concrètement à chaque pays qui accueille les migrants. »

« Vous avez raté le débat #PlenPE de ce matin sur la crise des réfugiés? Notre résumé Storify: https://t.co/urtrqJy4sD pic.twitter.com/rLUHIElHYN — Parlement européen (@Europarl_FR) October 27, 2015 »

Rencontrer les eurodéputés

Les jeunes écologistes ont aussi saisi cette occasion pour rencontrer des députés européens afin d'essayer de faire avancer les choses et exprimer des craintes face aux promesses non tenues. « Tout le monde dit vouloir accueillir les réfugiés, mais dans les actes on peut voir qu’aucun pays de l’Union européenne n’en veut vraiment », regrette Cécile Germain.

Un sentiment qu'une partie des eurodéputés a déploré lors du débat, reprochant une lenteur des états membres à respecter leurs engagements financiers pour aider davantage de réfugiés et demander davantage de personnel pour gérer l'arrivée des migrants aux frontières de l’Union européenne.

Sujets liés