VIDEO. Alsace: Retour vers le futur pour le patrimoine alsacien

CULTURE Le numérique donne une plus grande visibilité au patrimoine alsacien…

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 15 octobre 2015 - Visite de la cathédrale de Strasbourg avec un casque de réalité virtuelle lors de l'exposition «Monuméric» au Palais Rohan.
Strasbourg, le 15 octobre 2015 - Visite de la cathédrale de Strasbourg avec un casque de réalité virtuelle lors de l'exposition «Monuméric» au Palais Rohan. — F. Hernandez / 20 Minutes

Raser la cathédrale de Strasbourg pour y installer Notre-Dame de Paris en une touche est désormais possible. Tout comme consulter les archives de Strasbourg depuis son salon ou feuilleter un bulletin de 1857 de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace en buvant un verre en terrasse. Tout ça se réalise grâce à la numérisation.

Vertige bien réel sous un casque de réalité virtuelle

Ce jeudi s’est ouvert au Palais Rohan, l’exposition « Monuméric » où le patrimoine s’explore grâce au numérique. Ainsi pour la première fois, le grand public peut visiter la cathédrale de Strasbourg grâce à un casque de réalité virtuelle. Gravir les 142 m de l’édifice se fait sans suer mais l’impression de vertige est toujours là. Surtout quand on se retrouve au-dessus de la flèche de la cathédrale.

>> A lire aussi : Casque sur la tête, embarquez pour une visite virtuelle de la cathédrale.

Sur des tables tactiles, on teste l’application « Les secrets de la cathédrale » où on a la possibilité de voir la place Château nue ou de mettre côte à côte les cathédrales de Paris, de Chartres ou de Strasbourg pour voir qui a la plus grande. Un « serious game » Millenium Quest permet également d’apprendre de façon ludique l’histoire de la cathédrale et de la ville de 1015 à 2015.


Avec cette dizaine d’applis, « Monuméric » ambitionne de toucher un nouveau public. Cela a été rendu possible par la numérisation de la cathédrale, un travail de longue haleine – 15 ans – qui jusqu’ici était un outil pour les professionnels.

Les sociétés savantes alsaciennes visibles sur trois bibliothèques numériques

La ville de Strasbourg scanne à tout va : le site des Archives après 10 ans de campagne de numérisation propose aujourd’hui 400.000 documents en accès direct et gratuit. Et ce depuis son ordinateur personnel, son smartphone ou sa tablette.

>> Reportage de France 3 Alsace sur le nouveau site des Archives de Strasbourg

Le patrimoine documentaire régional bénéficie aussi de cette numérisation. Vingt sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace sur les 120 que compte la région viennent de signer une convention avec la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg et la Bibliothèque nationale de France, le 14 octobre. A l’été 2016, 300.000 pages seront en accès libre et gratuit via les bibliothèques numériques de la BNU (Numistral) et de la BNF (Gallica). A terme, ce millier de volumes numérisés se retrouvera également sur la bibliothèque numérique européenne, Europeana.

La Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, la plus vieille de la région (1855), a autorisé la numérisation de ses bulletins « jusqu’à 10 ans en arrière, indique l’un de ses vice-présidents Daniel Gaymard. Ça nous permet de toucher le grand public. » Mais aussi de transmettre son patrimoine aux différentes générations dont celle de Retour vers le Futur.