Football: «Je vais mettre la pression sur le Racing», affirme Arsène Wenger

SPORT En visite en Alsace, Arsène Wenger a s’est penché sur le Racing club de Strasbourg…

Floréal Hernandez

— 

Arsène Wenger lors du succès d'Arsenal sur Manchester United (3-0), le 4 octobre 2015.
Arsène Wenger lors du succès d'Arsenal sur Manchester United (3-0), le 4 octobre 2015. — BPI/REX Shutterstock/SIPA

Arsène Wenger et le Racing, c’est un titre de champion de France et des débuts comme entraîneur au centre de formation. Le coach d’Arsenal ne perd pas de vue le RCS. « Strasbourg me titille. Je regarde toujours les résultats du Racing, reconnaît-il lors d’une conférence à l’Université de Haute Alsace à Mulhouse, mercredi. Le club a eu un départ difficile [en championnat]. Mais je vais mettre la pression sur Marc [Keller, assis à sa droite]. Strasbourg est favori pour monter. C’est l’année pour ! »

Mulhouse, le 7 octobre 2015 - Marc Keller, Arsène Wenger et Léonard Specht lors d’une conférence à l’Université de haute Alsace à Mulhouse. - F. Hernandez/20 Minutes

Prêt à donner un coup de main au Racing

Lors de cette conférence, Arsène Wenger est encadré par deux présidents du Racing. A sa gauche, Léonard Specht, deux mois de présidence en 2009 – « Deux mois, mon Dieu ! Et ça ne marchait pas, c’était galère (rire) ! » – et Marc Keller, l’actuel numéro 1. Le fauteuil présidentiel de la Meinau peut-il l’intéresser après avoir quitté le banc de touche d’Arsenal ? « Pas forcément. Si je reviens un jour dans la région, je donnerai un coup de main à Strasbourg, volontiers. A quel titre ? Je ne sais pas. Comment l’aider ? Je n’en sais rien. » Marc Keller embraye : « On trouvera Arsène (sourire) ! On trouvera ! »