Turquie: Près de 1.400 opposants au président Erdogan réunis place Kléber

POLITIQUE Alors que le président turc Erdogan tient un meeting au Zénith de Strasbourg, de nombreux opposants ont enchaîné les discours place Kléber où ils s’étaient donné rendez-vous…

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 4 octobre 2015. Rassemblement à l'appel des alévis pour protester contre la tenue d'un meeting du président turc Tayyip Erdogan au Zéntih de Strasbourg.
Strasbourg le 4 octobre 2015. Rassemblement à l'appel des alévis pour protester contre la tenue d'un meeting du président turc Tayyip Erdogan au Zéntih de Strasbourg. — G. Varela / 20 Minutes

Près de 5.000 personnes selon les organisateurs et 1.400 selon la police se sont rassemblées ce dimanche après-midi pour protester contre le meeting tenu parallèlement au Zénith de Strasbourg par le président turc Tayyip Erdogan.

Sous la vigilance de nombreux agents de police en civil, le rassemblement s’est déroulé dans le calme malgré des discours enflammés prononcés sur une tribune fraîchement installée. Des diatribes qui ont unanimement condamné le président turc à qui il a été reproché, en autre, une politique répressive à l’encontre des opposants, des démocrates, du peuple kurde, des alévis…

Strasbourg le 4 octobre 2015. Rassemblement à l'appel des alévis pour protester contre la tenue d'un meeting du président turc Tayyip Erdogan au Zéntih de Strasbourg. - G. Varela / 20 Minutes

«On ne veut pas de ses discours de haine»

Le meeting organisé au Zénith par le président turc, est vécu par nombreux participants venus d’Allemagne, de Suisse et de la France entière, comme une agression, une de plus. « Erdogan est venu à Strasbourg pour mobiliser ses troupes, car il est frustré de ne pas avoir obtenu la majorité absolue aux élections du 7 juin dernier. Cela l’empêche de modifier la constitution en sa faveur car il refuse tout gouvernement de coalition. C’est pour ça qu’il organise des élections anticipées », explique Erdal Kiliçkaya président de la Fédération union des alévis en France (FUAF), organisatrice du rassemblement. « Il rêve de devenir le sultan du Moyen Orient, on s’approche de la charia. Dans certaines écoles les filles sont déjà séparées des garçons, l’école coranique prend de plus en plus d’importance. Il réprime les Kurdes et toutes les minorités religieuses. Si il perd, il va être encore plus agressif. On ne veut pas de ses discours de haine, on veut vivre ensemble. On avait commencé la paix, et il commence la guerre. »

Strasbourg le 4 octobre 2015. Rassemblement à l'appel des alévis pour protester contre la tenue d'un meeting du président turc Tayyip Erdogan au Zéntih de Strasbourg. - G. Varela / 20 Minutes

 

>> A lire aussi: Erdogan acclamé par plus de 12.000 personnes au Zénith.

Un meeting contesté

Accusé également de soutenir Daesh et de tenir un discours double, les propos à l’encontre du président tout comme les nombreuses pancartes de l’assemblée étaient loin d’être tendres avec le président turc. Un meeting strasbourgeois qualifié d’illégal par certains manifestants kurdes, et même regretté : « Nous espérons que pas un centime de la ville ou de l’Eurométropole a été dépensé pour l’organisation du meeting d’Erdogan, explique Simon Baumert, coordinateur EELV à Strasbourg. Pourquoi la ville de Bruxelles a refusé qu’il y soit organisé et pas Strasbourg ? Nous aurions souhaité un signal plus ferme des autorités locales. Non, Erdogan n’est pas le bien venu à Strasbourg. »

Strasbourg le 4 octobre 2015. Rassemblement à l'appel des alévis pour protester contre la tenue d'un meeting du président turc Tayyip Erdogan au Zéntih de Strasbourg. - G. Varela / 20 Minutes

 

Le rassemblement s’est dispersé dans le calme vers 15h.