Nucléaire: Hollande annonce que Fessenheim ne fermera pas en 2016

F.H. avec AFP

— 

Illustration de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le 20 11 2008
Illustration de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le 20 11 2008 — G. VARELA / 20 MINUTES

Dans un entretien au Parisien Magazine publié jeudi, le président de la République, François Hollande, a confirmé que la centrale nucléaire de Fessenheim ne fermera pas en 2016. Il abandonne donc un engagement pris en septembre 2012.

« C’est irréversible »

« En 2016, non, car la construction de l’EPR de Flamanville (Manche) a pris beaucoup de retard » (la livraison de ce réacteur nucléaire de troisième génération est prévue pour 2018), déclare le chef de l’Etat dans cette interview publiée en ligne.

>> A lire aussi : Le casse-tête du démantèlement d’une centrale nucléaire.

« Mais ce qui importe, c’est d’engager toutes les procédures pour fermer Fessenheim. Nous le faisons. On pourra dire alors que c’est irréversible », fait valoir le chef de l’État.

Depuis la conférence environnementale de septembre 2012 où François Hollande s’était engagé à la fermeture de la centrale de Fessenheim à la fin de l’année 2016, le gouvernement a préféré, dans sa loi de transition énergétique, adopter un mécanisme plafonnant la taille du parc nucléaire français. Ce qui implique une fermeture des deux réacteurs haut-rhinois pour pouvoir ouvrir le réacteur EPR de Flamanville.