Haut-Rhin: Des lycéens construisent une centrale solaire à côté de Fessenheim

ENERGIE Erigée en partenariat avec le village d’Ungersheim, cette centrale permettra l’alimentation en autoconsommation de la cuisine centrale de la commune…

Alexia Ighirri

— 

Les lycéens en train de poser les panneaux solaires.
Les lycéens en train de poser les panneaux solaires. — lycée en Transition Théodore Deck de Guebwiller

Derrière ce chantier, il y a tout un symbole. A une vingtaine de kilomètres de Fessenheim, dont la centrale nucléaire devrait fermer d’ici à 2017 ou 2018, 14 élèves du lycée en transition (qui a mis le développement durable au cœur de son projet éducatif) Théodore Deck de Guebwiller sont en train de construire une centrale solaire.

Toute la semaine, les lycéens de terminale STI2D spécialité énergie et environnement ont installé 156 panneaux photovoltaïques sur le toit de la cuisine centrale collective d’Ungersheim, village en transition qui vise l’autonomie énergétique et avec qui a été noué un partenariat. Mise en route officiellement ce samedi, cette centrale solaire de 40KWc va permettre à la cuisine centrale de produire ses 1.000 repas quotidiens en totale autonomie énergétique. « Ce qui va permettre d’économiser 2.750 euros d’électricité par an, calcule Gabriel Weisser, conseiller principal d’éducation au lycée haut-rhinois. On n’est pas dans le bricolage mais bien dans le fonctionnement. Quand on le veut, on peut faire des choses extraordinaires. »

« Se forger leur propre opinion »

Si la construction de cette centrale solaire s’inscrit dans la dynamique environnementale d’Ungersheim, elle se fait aussi dans le cadre de la fermeture de la centrale de Fessenheim… « C’est un clin d’œil », sourit Gabriel Weisser, qui se réjouit des « rencontres improbables » qui auront lieu lors de l’inauguration : « Les familles des élèves seront présentes et il y en aura certainement de Fessenheim… Mais les jeunes doivent se forger leur propre opinion. On leur demande de réfléchir sur la problématique ».

Entre deux installations de panneaux solaires, Valentine, 17 ans, se dit satisfaite de cette expérience : « Je trouve que c’est plus intéressant que de rester assise en cours. » Et concernant la portée symbolique de ce chantier ? « Je pense que ça a son importance. On pourra peut-être fermer la centrale et montrer qu’on peut fonctionner autrement. »