Strasbourg: Une opération contre la fermeture de la ligne de nuit Luxembourg/Strasbourg – Nice/Cerbère

TRANSPORTS La sénatrice Fabienne Keller et son équipe iront à la rencontre des voyageurs...

Alexia Ighirri

— 

Le hall de la gare de Strasbourg le 6 octobre 2014.
Le hall de la gare de Strasbourg le 6 octobre 2014. — G. Varela / 20 Minutes

Vers la fin du train de nuit Luxembourg/Strasbourg-Nice/Cerbère. Mardi, le Secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies, a présenté la Feuille de route du Gouvernement pour un nouvel avenir des Trains d’Equilibre du Territoire (TET), dans laquelle est annoncée la fermeture prochaine de cette ligne de nuit.

La raison ? Celle-ci sera affectée par la nouvelle offre TGV liée à la mise en service de la deuxième phase de la LGV Est Européenne en avril 2016, qui améliorera fortement la desserte ferroviaire du Grand Est.

 

?lang=fr

 

La sénatrice strasbourgeoise Fabienne Keller, vent debout contre la suppression de cette ligne de nuit, propose une opération en gare de Strasbourg jeudi à partir de 19h30. Elle et son équipe iront à la rencontre, sur le quai, des voyageurs empruntant le Strasbourg-Nice de 20h14.

Train de nuit et TGV, pas comparables

Pour Fabienne Keller, la seconde phase du TGV Est ne peut compenser la fermeture de la ligne de nuit Luxembourg/Strasbourg-Nice/Cerbère : « L’offre de service du train de nuit Strasbourg-Nice où l’on dort et l’on se réveille le matin à destination n’est en rien comparable à un voyage réalisé en journée où l’on se rend d’abord en TGV à Paris avant de devoir effectuer un changement de gare pour se rendre à Nice, ou celui passant par Lyon ».
La sénatrice évoque aussi le coût d’un voyage en train de nuit, « plus raisonnable » que celui en TGV.