Alsace: La route de la bière cherche son chemin

TOURISME Il y a 41 brasseries en Alsace, une route pourrait les relier à la manière de la route des vins d'Alsace...

Floréal Hernandez

— 

Chopes de bière alsaciennes. (Illustration)
Chopes de bière alsaciennes. (Illustration) — SUPERSTOCK / SIPA

L’idée d’une route de la bière en Alsace a été lancée par le sénateur du Bas-Rhin Guy-Dominique Kennel sur le modèle de la route des vins d’Alsace. Une idée qui séduit le monde brassicole et commence à tracer sa route. « C’est dans les cartons, c’est un futur projet », reconnaît-on au syndicat des brasseurs d’Alsace. « L’idée émise est intéressante. Mais qui fait quoi ? Qui finance ? », demande Eric Trossat de la brasserie Uberach.

6.000 à 7.000 visiteurs par an à la brasserie Uberach

La question qui anime particulièrement le brasseur du nord de l’Alsace : « Qui accueille du public aujourd’hui ? Les petites brasseries ! Heineken ou Kronenbourg ne le font pas, la Licorne non plus. Meteor a le projet de le faire avec la création de son musée. » Guide conférencier spécialiste en biérologie, Stève Acker rejoint Eric Trossat : « La route de la bière ne tient que si les brasseurs veulent s’ouvrir au public. L’idée fait son chemin, note-t-il. Car rien ne vaut d’avoir le consommateur face à soi. C’est le meilleur moyen de promotion. » A Uberach, on confirme : la brasserie accueille 6.000 à 7.000 visiteurs par an. « Ce mercredi, on a reçu 150 randonneurs dans la matinée, un groupe de l’office de tourisme de Niederbronn dans l’après-midi et les salariés d’une entreprise », souligne Eric Trossat.

>> La canicule, un bon prétexte pour boire une bière d’Alsace.


Reste à voir ce qui sera proposé aux visiteurs. Car aujourd’hui, il n’existe plus de musées consacrés à la bière en Alsace depuis la fermeture de celui de Kronenbourg. Meteor a lancé les travaux du sien, Marie-Lorraine Muller a le projet d’en créer un à Schiltigheim sur la friche Schutzenberger. Pas dit que les multinationales Heineken (Fischer) ou Carlsberg (Kronenbourg) soient intéressés par les touristes. « Le musée Kronenbourg accueillait 25.000 visiteurs par an, rappelle Virginie Holm, guide conférencière qui propose notamment une visite gastronomique de Strasbourg. Mais pour Carlsberg, ça n’avait pas d’intérêt. »

>> Les brasseurs d’Alsace transformés en stars le temps d’une pub avec Eric Cantona.

Revivifier la gastronomie à la bière

Le patrimoine brassicole n’est pour l’instant pas mis en avant. Ce que veut changer Guy-Dominique Kennel avec cette route où l’on retrouvera les brasseries mais aussi l’agro-alimentaire avec la filière du houblon ou la gastronomie. « Il y a des recettes à la bière. Il faut revivifier cette gastronomie. »

>> Portion bas-rhinoise de la route de la bière en Alsace.

 


Du côté de l’itinéraire de la route de la bière en Alsace, celui-ci « est déjà tout tracé : Uberach, Saverne, Hochfelden, Schiltigheim, Strasbourg, Saint-Pierre et Obernai, entre autres », lançait Guy-Dominique Kennel dans un courrier adressé à Michel Haag, président des brasseurs d’Alsace et PDG de Meteor. Pour vendre complètement l’Alsace, le sénateur ajoute des micros ou petites brasseries haut-rhinoises dans un second temps.

La route de la bière pourrait croiser la route des vins

« L’Alsace a la légitimité d’accueillir une route de la bière, juge Stève Acker. On a l’avantage de réunir des microbrasseries, des petites et des multinationales. » Au total, une quarantaine de brasseurs est recensée dans la région. « Du nord avec la brasserie Blessing jusqu’à la brasserie Saint-Louis tout au sud de la région », avance le guide spécialiste en biérologie.

Cette route de la bière d’Alsace doit être « un outil de commercialisation pour la filière brassicole et de promotion de notre territoire », estime Guy-Dominique Kennel qui espère des aides des collectivités et du comité régional et des agences départementales du tourisme. Le sénateur imagine la possibilité de « mêler bière et vin sur certaines étapes ». Il faudra rouler avec modération sur les routes des vins et de la bière en Alsace.

>> La bière en Alsace, c’est :

  • 10 millions d’hectolitres produits chaque année, soit +50 % de la production nationale.
  • 1 milliard de chiffre d’affaires
  • 2.500 emplois directs ou indirects
  • 41 brasseries dont 37 artisanales et 4 industrielles Kronenbourg, l’Espérance (Heineken), Licorne et Meteo.
  • 415 hectares de houblon.
  • 1000 ans d’histoire.