La grogne aussi monte à grande vitesse

©2007 20 minutes

— 

Les cheminots CGT prennent le train du mécontentement en marche. C'est ce qu'ils ont fait savoir hier en sondant les usagers de la gare de Strasbourg sur le nouveau plan de transport mis en place dans le cadre de l'arrivée du TGV. « Nous ne sommes pas opposés au TGV, qui est nécessaire d'un point de vue économique, explique Nicolas Di Mario, délégué syndical. Mais nous nous inquiétons pour le maintien du service public de la SNCF. » Il dénonce, entre autres, une réduction des points d'arrêt malgré l'augmentation du nombre des TER dans la région, ainsi que des incohérences au niveau des correspondances. Des problèmes qu'ont déjà soulevés spontanément des voyageurs ces dernières semaines, en demandant notamment l'ouverture des trains à grande vitesse circulant entre Sarrebourg (Moselle) et Bâle (Suisse) aux abonnements scolaires et professionnels.

Parallèlement, les syndicalistes ont appelé à l'organisation d'un débat régional avec la population et les élus locaux sur les enjeux du fret ferroviaire. Les résultats du sondage devraient être communiqués dès la semaine prochaine.