Strasbourg: La traque aux UberPop s'intensifie dans les rues de la ville

SOCIETE Des agents de la cellule taxi de la police nationale et de la répression des fraudes sont à pied d’œuvre. Dans leur viseur, les chauffeurs UberPop. Une dizaine de personnes ont déjà été interpellées…

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 24 juin 2015. Contrôles de police de personnes transportant des passagers contre rémunération. G. Varela / 20 Minutes
Strasbourg le 24 juin 2015. Contrôles de police de personnes transportant des passagers contre rémunération. G. Varela / 20 Minutes — G. Varela / 20 Minutes

En civil et très discrets, cinq agents de police et de la répression des fraudes (aidé par trois motards qui arpentent les rues adjacentes) traquent dans les rues de la ville les personnes qui se livrent à une activité de transport illégal de personnes, pour être plus clair, les chauffeurs UberPop. « Nous suivons les consignes du ministre de l’intérieur qui a demandé de multiplier les contrôles. Voilà déjà un mois que nous avons renforcé ces contrôles et une dizaine de personnes ont déjà été interpellées, » précise Dominique Jane, directeur de cabinet du préfet.

>> Client UberPOP agressé à Lyon : Ses avocats appellent des témoins de la scène à se manifester.

Postés discrètement près de la gare, les agents tentent d’identifier les UberPop. Pour parvenir à leurs fins, les agents du service de la répression des fraudes utilisent l’application UberPop pour piéger les contrevenants. Une fois celui-ci identifié, ils surgissent, se présentent et passent en revue les documents administratifs que le conducteur doit obligatoirement posséder : Assurance, permis de conduire, liasse fiscale, tout y passe.

« Nous relevons l’infraction de la pratique commerciale trompeuse, qui dépend du droit pénal, explique Guillaume Poppe, inspecteur du service de la répression des fraudes. Puis c’est la police qui constate l’exercice illégal de la profession de taxi. »

>> VIDEO. Strasbourg : Excédés, les chauffeurs de taxis attaquent les UberPop

« Les peines encourues sont conséquentes »

Une fois interpellée, la personne est placée en audition libre et la procédure est transmise au parquet. « Il semble que les conducteurs n’ont pas conscience du risque qu’ils encourent, précise Dominique Jane. Les peines sont pourtant conséquentes : Jusqu’à un an de prison, 15.000 euros d’amende, la confiscation de leur véhicule et un retrait du permis de conduire. Près de 480 procédures pénales sont déjà engagées en France. »

Strasbourg le 24 juin 2015. Contrôles de police de personnes transportant des passagers contre rémunération. G. Varela/20 Minutes - G. Varela/20 Minutes

 

Ce matin, l’équipe a fait chou blanc. Suite à un bug sur l’application, les agents n’ont pas réussi à interpeller le moindre UberPop. « C’est beaucoup d"efforts pour des résultats aléatoires, mais les contrôles vont continuer. »