Strasbourg: Il fait aussi chaud en Alsace qu'à Lyon en 1950

PLANETE Les rencontres alsaciennes de l'environnement 2015 ont permis de faire le point sur le réchauffement climatique en Alsace...

Gilles Varela
— 
Grosse chaleur sur Strasbourg. Sur la place Kleber les gens se presssent sous les vaporisateurs. Le 19 07 06
Grosse chaleur sur Strasbourg. Sur la place Kleber les gens se presssent sous les vaporisateurs. Le 19 07 06 — G . VARELA / 20 MINUTES

Mini-tornades, fortes pluies, record de chaleur… Près de 200 acteurs alsaciens de l’environnement ont notamment fait le point ce jeudi sur le réchauffement climatique en Alsace au Conseil régional lors de la septième édition des rencontres Alsaciennes de l’environnement.

Et force est de constater que 2014 fût, comme à l’échelle planétaire, l’année des records. En France, c’est dans le nord-est qu’ils ont été le plus largement battus.

Record de chaleur

« Le réchauffement est calculé à partir des températures moyennes sur 30 ans, explique Yves Hauss, responsable Etudes et climatologie à Météo France. Celles-ci ont très peu augmenté jusqu’à la fin des années 1980, mais depuis 1990, on constate un réchauffement de 0,4°C par décennie en Alsace. A Strasbourg, le réchauffement s’élève à 1°C. La température moyenne se situe dans les normales de Lyon dans les années 1950. »



Questionné sur les risques de grandes catastrophes, Yves Hauss est cependant confiant. « Il n’y a pas de risque de submersion, de cyclones, plaisante-t-il. En revanche il est possible qu’il y ait des phénomènes de grandes sécheresses, avec des incendies difficiles à contrôler comme cela s’est produit en Russie, ou bien de fortes précipitations. »

Autres conséquences du réchauffement climatique, quatre mois dans la dernière décennie ont été qualifiés de « hors normes » par Météo France, où le beau temps « est resté bloqué ». En août 2003 et juillet 2006, qui se situaient dans les normales de Marseille des années 1971-2000, avril 2007 (dans les normales d’Alger), et juin 2003 (dans les normales de… Tunis).

La question des phénomènes météo locaux de courtes durées

Autres constatations : même si l’on ne constate pas une diminution des précipitations en été, la tendance est clairement à plus de sécheresse, expliquée par l’évaporation plus importante. A l’inverse, les hivers sont plus humides.

En revanche, concernant les dernières inondations, coup de vents et fortes averses dans la région ces dernières années, Yves Hauss de Météo France affirme ne pas pouvoir établir de liens directs avec le changement climatique et relativise. « Ce n’est rien par rapport aux grands cyclones du golfe du Mexique. Il y a toujours eu des phénomènes violents et de courtes durées en Alsace ou dans d’autres régions ».