L'UMP haut la main au premier tour des législatives

BAS-RHIN Comme prévu, la vague bleue a submergé le département...

— 

Comme prévu, la vague bleue a submergé le Bas-Rhin. Seule Strasbourg, comme une île bien isolée, n’a pas été balayée par la machine UMP. Et même si les chiffres communiqués en début de soirée étaient provisoires, ils ne laissent pas de doute: hormis dans les trois circonscriptions de la capitale alsacienne, tous les candidats de l’UMP sont élus au 1er tour.

A commencer par Yves Bur, le député sortant de la 4e (Illkirch), qui recueille 56,84% (chiffres à 21h) des voix, devant le socialiste Claude Froehly (15,75%). Plus au nord, dans la 9e (Haguenau), l’ancien ministre délégué à l’industrie, François Loos, ne laisse lui non plus aucune chance à ses adversaires (56,55%). Dans la 5e (Sélestat), Antoine Herth en reprend pour cinq ans, grâce à son score de 58,01%. Un chiffre impressionnant, mais moins que ceux enregistrés par Alain Ferry et Frédéric Reiss ses collègues des 6e et 8e circonscription (Molsheim et Wissembourg), qui obtiennent respectivement 67,38% et 65,91% des suffrages.

Finalement, seuls les Strasbourgeois auront droit de se rendre à nouveau aux urnes. Dans la 3e circonscription, les affaires semblent cependant pliées pour le député sortant André Schneider (UMP), qui totalisait dimanche 48% des voix sur 20% des votes dépouillés, devant la socialiste Zoubida Naïli (21%). Dans la très disputée 2e circonscription, Jean-Philippe Maurer (UMP) obtiendrait entre 35 et 40% des voix, devant le socialiste Philippe Bies (environ 25%). Dans la 1re, Armand Jung (PS) faisait figure d’exception. Avec un score entre 30 et 35% des voix, il était en tête devant l'UMP Frédéric Loutrel (entre 25 et 30%).

J. B. et L. M.

abstention Dans le Bas-Rhin, 43, 74 % des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes hier (40,66 % en 2002). Dans le Haut-Rhin, le chiffre de l’abstention grimpe jusqu’à 43,87 %