Strasbourg: Un bateau de migrants va accoster au Parlement européen

IMMIGRATION Mercredi, un bateau va symboliquement naviguer de la Cour européenne des Droits de l'Homme au Parlement européen pour alerter sur la situation des migrants en Méditerranée...

Floréal Hernandez

— 

Des migrants afghans tentent de rejoindre une île grecque, mai 2015. (Illustration)
Des migrants afghans tentent de rejoindre une île grecque, mai 2015. (Illustration) — AFP

Une traversée sans risque mais ô combien symbolique. Mercredi, à 16h30, un bateau avec une trentaine de migrants va être mis à l’eau devant la Cour européenne des Droits de l’Homme et va rejoindre le Parlement européen. Avec cette action « Un bateau vers le Parlement européen », les associations ATMF, Attac, Cimade, Welcome to Europe, etc. alertent sur les naufrages et les disparitions de migrants en Méditerranée.

« Frontex ne sauve pas de vie »

« 5.000 personnes débarquent par semaine sur les rives européennes de la Méditerranée, lance le collectif « Un bateau vers le Parlement européen ». L’Europe a une obligation de répondre à cette aide. » Au Parlement, les migrants seront accueillis par des eurodéputés avant une conférence de presse. Les différentes associations demandent l’arrêt de l’opération « Triton » de l’agence européenne pour la sécurité et les frontières européennes de l’UE (Frontex).

« Celle-ci ne sauve pas de vie. Frontex ne fait que du contrôle et terrorise les migrants », lance Hatem Gheribi de Watch the Med. Il cite les chiffres de « 19.000 migrants secourus par des cargos en Méditerranée entre novembre 2014 et avril 2015 contre seulement 1.700 par les bateaux de Frontex ». Le collectif dénonce « une Europe forteresse » et certaines associations comme le NPA ou Watch The Med demandent « la liberté de circulation et d’installation des populations ».

Outre l’action « Un bateau vers le Parlement européen », une soirée pour la liberté de circulation est organisée mardi à 20 h à Maison des syndicats avec la pièce de théâtre Les Monologues de l’asile et un temps d’échanges avec la trentaine de migrants.