Le dossier Sainte-Odile renvoyé

©2007 20 minutes

— 

L'audience qui devait fixer hier l'indemnisation des victimes du crash du mont Sainte-Odile, où quatre-vingt-sept personnes avaient péri en janvier 1992, a été renvoyée au 2 octobre. Le tribunal correctionnel de Colmar doit se prononcer sur les dommages et intérêts réclamés par trente et une parties civiles à Airbus et à Air France, reconnus civilement responsables. « Ce renvoi n'est pas une surprise, a réagi Alvaro Rendon, président de l'association Echo, qui soutient les victimes. Les expertises sur les dommages psychiques subis par les familles doivent d'abord aboutir. » L'avocat d'Echo, Olivier Charles, a confirmé après l'audience que « l'affaire n'est pas prête à être plaidée sur le fond ». D'autant que le procès en appel sur les responsabilités de la catastrophe doit se tenir à la mi-octobre à Colmar.