Alsace: 93 cas de rougeole dans une école après un voyage à Berlin

SANTE L'Alsace est sérieusement touchée par une épidémie de rougeole. Près de 169 cas y ont été déclarés dont 151 pour le Haut-Rhin...  

Gilles Varela

— 

Vaccination contre la rougeole
Vaccination contre la rougeole — Ed Oudenaarden AFP/ANP Mag

Pourquoi l’Alsace est-elle particulièrement touchée par l’épidémie de rougeole depuis mars ? Pourquoi autour de Colmar et maintenant ? Autant de questions que les autorités sanitaires et locales ont tenté d’élucider.

Avec plus de 200 cas de rougeole en France, l’Alsace avec ses 169 cas dont 151 dans le Haut-Rhin n’ont pas manqué d’interpeller les autorités sanitaires. « L’épidémie est principalement centrée autour de Colmar et le foyer proviendrait notamment d’une école à Logelbach, explique le Docteur Tariq El Mrini, responsable du pôle de veille et gestion des alertes sanitaires de l’Agence régionale de santé (ARS). Mais il y a d’autres personnes sans aucun lien avec les élèves ou leur famille qui ont contracté la maladie. »

Un voyage de classe à Berlin

Les élèves auraient contracté le virus lors d’un voyage scolaire à Berlin où sévissait une importante épidémie de rougeole et où la maladie a refait son apparition à la faveur d’une tendance anti vaccination. « C’est le foyer de départ de l’épidémie en Alsace. Le virus a la même souche que celui en Allemagne », explique le médecin.

L’école compte à elle seule 93 cas de rougeole. L’ARS avait déjà signalé mi avril  que la couverture vaccinale était insuffisante, de nombreux parents refusant la vaccination. Afin d’éviter que l’épidémie ne se propage plus encore, les autorités sanitaires ont rencontré la direction de l’école. Après une fermeture d’une semaine supplémentaire à la suite des vacances de la Toussaint, un accord a été trouvé pour que seuls les enfants immunisés ou vaccinés puissent reprendre l’école.

Selon l’ARS, trente enfants et quarante autres du jardin d’enfants n’ont pas retrouvé le chemin de l’école. « Il n’y a pas de traitement spécifique une fois la maladie déclarée. La période d’incubation peut varier de deux à trois semaines. Avec dix à vingt cas supplémentaires par semaine, l’épidémie ne faiblit pas. Il faudrait que cela cesse avant les grandes vacances et que les gens ne se dispersent », reconnaît Tariq El Mrini.

 

L’importance de la vaccination

C’est en ce sens que l’Institut de veille sanitaire (InVS) a rappelé mardi dans un communiqué l’importance de la vaccination contre la rougeole, une maladie infectieuse très contagieuse qui se transmet par voie aérienne et sans contact, pouvant dans certains cas, provoquer des affections respiratoires ou neurologiques graves.

« Ce serait dommage de louper son bac pour une rougeole, sourit le médecin. Il faut se faire vacciner et ne pas attendre « d’attraper naturellement » la rougeole comme le souhaitent de nombreuses personnes qui refusent de vacciner leurs enfants malgré l’épidémie, car le virus sauvage est moins bien contrôlé et maîtrisé que celui d’un vaccin. »

Un virus très contagieux

Si le virus est très contagieux, et peut entraîner des complications, administré dans les 72 heures qui suivent un contact, la vaccination peut éviter la survenue de la maladie. « Si on a la possibilité de limiter un risque, ce serait intolérable de perdre un enfant de nos jours à cause de la rougeole » confie Tariq El Mrini.

Pour l’heure, seul 10 % des cas ont conduit à une hospitalisation.