Basket: Aidons la SIG à trouver un nom pour sa salle

SPORT La SIG envisage le « naming » pour financer sa future salle ou agrandir le Rhenus…

Floréal Hernandez

— 

Le Rhenus lors de son passage d'une salle de basket à l'accueil des championnats d'Europe d'escrime en juin 2014. (Archives)
Le Rhenus lors de son passage d'une salle de basket à l'accueil des championnats d'Europe d'escrime en juin 2014. (Archives) — G. Varela \ 20 Minutes

La SIG veut grandir. Sous l’impulsion de Vincent Collet, le club strasbourgeois a renoué avec les premiers rôles en France – finaliste du champion en 2013 et 2014 – avant d’enrichir son palmarès d’une Coupe de France et d’une Leaders Cup en 2015 et peut-être d’un titre de champion de France. Rayonner nationalement, c’est bien mais la SIG ambitionne de s’installer au niveau européen et pour ça, elle a besoin d’une nouvelle salle.

>>> Revivez la demi-finale Le Mans-SIG en live comme-à-la-maison (72-85).

Une salle de 8.000 à 10.000 places

« Nous commençons à nous sentir à l’étroit », souligne Martial Bellon, le président du directoire du club. En 2014-2015, la SIG tourne à 5.000 spectateurs en moyenne au Rhenus et cinq matchs ont été à guichets fermés (6.200 billets). L’idéal ? Une salle de 8.000 à 10.000 places modulables. Soit en agrandissant la salle actuelle soit en investissant une nouvelle salle. Pour la ville de Strasbourg et l’Eurométropole, pas question de sortir le carnet de chèque. La SIG est prête à se tourner vers le naming en échange d’un « investissement conséquent » environ 20 millions d’euros.

A 20 Minutes, on se propose d’aider la SIG à démarcher un sponsor. Voici trois pistes à explorer.

La Crédit Mutuel Arena
Le naming peut être une histoire locale. Le stade du Mans porte bien le nom des Mutuelles du Mans Assurance avec la MMArena. Le Crédit Mutuel a un de ses sièges à Strasbourg, plus précisément au Wacken à deux pas du Rhenus. La bancassurance a également été le premier partenaire privé du Rallye de France en Alsace. Et c’est une entreprise qui va bien : en 2014, le Crédit Mutuel affichait un résultat net de plus de 2,4 milliards d’euros. Depuis, Adidas a annoncé son arrivée dans le nouveau quartier d'affaires du Wacken. L'AdidasArena, ça peut le faire. La PumArena aussi, vu que la marque communique sur sa présence dans l'Eurométropole. Autres possibilités régionales : Kronenbourg (Obernai), CroisiEurope (Strasbourg).

>> A lire aussi: L'Eurométropole de Strasbourg met un «Puma» dans son économie.

La Gazprom Arena
Les entreprises locales ne veulent pas financer la future salle, la SIG saisit le rebond et se tourne vers Gazprom. Pour le gazier russe, Strasbourg pourrait constituer une porte d’entrée en France après son implantation en Allemagne notamment via le sponsoring Schalke 04. Les dirigeants alsaciens peuvent également démarcher EuropaPark, Mondelez International qui a une usine à la Meinau ou Mars qui a un site de production à Haguenau.

La Arsène Wenger Arena
Lors du renouvellement de son contrat en 2014, Arsène Wenger a négocié avec Arsenal un salaire de 24 millions de livres sur trois ans. Soit 33 millions d’euros. Si Arsène Wenger ne veut pas, la SIG peut tenter sa chance auprès de Sébastien Loeb. Le pilote a une fortune estimée à 215 millions d’euros et a déjà donné son nom à une écurie et à un gymnase à Haguenau. Pourquoi pas un nouveau tournant dans sa carrière.