Strasbourg: Au Neuhof, le clip d'Abdelos ne fait pas peur, mais sa médiatisation agace

SOCIETE Le clip de rap d’Abdelos, publié sur le Web, montrant des armes et de la drogue et tourné  au Neuhof n’est pas la priorité des habitants du quartier. Témoignages…

Gilles Varela
— 
Dans le quartier du Neuhof. Illustration
Dans le quartier du Neuhof. Illustration — G. Varela / 20 Minutes

Depuis samedi, le clip du rappeur Abdelos montrant des armes et de la drogue dans le quartier du Polygone au Neuhof fait le buzz. Après la diffusion sur Internet du clip « Eider » du rappeur local, le parquet de Strasbourg a ouvert une enquête judiciaire.

« Pour détourner le regard du public des véritables problèmes »

Le clip, qui met en scène des dizaines de jeunes hommes du quartier exhibant des armes à feu et préparant des barrettes de cannabis et de l’héroïne dans une cave est sur toutes les lèvres.

>>>Vidéo: Interview téléphonique d'Abdelos par i Télé

 

Peu loquaces avec la presse et loin de s’indigner de l’effet négatif que pourraient porter de telles images, les habitants préfèrent pointer du doigt le « réel » problème du quartier : le chômage. « Je ne comprends pas pourquoi on parle autant du clip. C’est pour détourner le regard du public des véritables problèmes. C’est une polémique inutile. Ce qui est plus grave c’est tous les amalgames qui sont faits depuis» confie-t-on au commerce « Le turc ». De toute façon, l’enquête ne va servir à rien, ajoute « Kéekeo ». La police fait acte de présence pour rien. Il y a des armes, mais tout le monde n’y a pas accès. Là, c’est un clip de rap. Il n’y a rien de surprenant. Depuis que la presse en parle, la vidéo est passée de 20.000 à 117.000 vues.»

« Se faire connaître »

Brahim, 36 ans, habitant le quartier depuis 22 ans, au chômage, explique : « Il faut bien que les jeunes gagnent leur vie. C’est comme ça ici. Des armes il y en a. Des histoires aussi. Mais dans le clip, c’est exagéré. Tout est faux, c'est un clip. Je connais très bien Abdelos, il est gentil. Il n’ira jamais au-delà. Il essaye de s’en sortir c’est un rappeur, il veut faire parler de lui. Le vrai problème, c’est que nous sommes abandonnés. J’ai mis la clé sous la porte de mon entreprise dans le bâtiment il y a un an. Les chantiers du Neuhof, ce n’est pas pour nous. C’est à la société de faire quelque chose. »

« Une banalisation de la violence »

Et si la vidéo fait sourire certains habitants, elle révèle cependant une certaine banalisation de la violence. "Personne n’a réagi. Cela fait presque 15 jours qu’elle est sur le Web. Tous les habitants ont eu le temps de la voir avant que le parquet ouvre une enquête. Même si cela est exagéré, cela donne une mauvaise image. Il y a des histoires, il ne faut pas le nier. Mais je n’ai jamais vu quelqu’un avec une carabine dans la rue, explique Thomas, juriste dans une association du quartier. Leur galère, ce n’est pas la vidéo mais qu’il n’y a pas de travail. » Georges, 52 ans et qui vit depuis toujours dans le quartier est plus inquiet : Cela fait peur. Beaucoup de gens on peur. La situation s’est dégradée. Il n’y a rien pour les enfants. Il n’y a que quelques aires de jeux, occupées par les toxicomanes.

Rachid, 20 ans, s’il reconnaît que la vidéo ne va pas l’aider à trouver du travail, regrette cependant l’écho qui lui est fait. J’ai l’impression que l’on en parle plus que le bon film d’Abd Al Malik, qui lui, parlait vraiment de notre quartier…