Strasbourg: La SPA perd sa place à la fourrière

ANIMAUX La fourrière de l'Eurométropole ne sera plus gérée par la SPA en juin prochain...

Floréal Hernandez
— 
Chat à la SPA de Strasbourg. (Archives)
Chat à la SPA de Strasbourg. (Archives) — G. VARELA / 20 MINUTES

Qui va à la chasse aux chiens et chats errants perd sa place. A partir du mois de juin avec l’ouverture de la nouvelle fourrière animale de l’Eurométropole de Strasbourg à Cronenbourg, rue de l’Enteloch, ce ne sera plus la SPA qui gérera le lieu. Un appel d’offres a été lancé et la Société protectrice des animaux a été devancée par la SACPA, une société privée qui « travaille pour 3.500 villes en France et gère notamment les fourrières de Lyon, Lille ou Nantes », explique les services de l’Eurométropole.

Les deux sociétés devront cohabiter

Une décision qui n’est pas du goût de la SPA, qui conserve la gestion du refuge de la ville de Strasbourg, et qui a décidé de sortir les griffes en déposant un référé au tribunal administratif. « Ça nous semble bizarre. On veut comprendre la décision de l’Eurométropole », indique Catherine Bronner, permanente de la SPA à Strasbourg.

>>> La SPA va trouver refuge à Cro.

La collectivité répond que « l’écart de tarif était conséquent », dixit Robert Herrmann, son président, entre les deux sociétés. Le contrat signé avec la SACPA s’élève à « 2.370.362,99 euros TTC pour la durée totale du marché (soit 7 ans, 5 ans fermes plus deux fois une année reconductible) », détaille la délibération de la Commission permanente de l’Eurométropole. « Un point voté à l’unanimité », souligne Robert Herrmann. SPA et SACPA cohabiteront à Cronenbourg où il y aura des locaux mutualisés entre la fourrière et le refuge.

938 chats et chiens errants récupérés en 2014

A la SPA, on s’interroge du sort réservé aux animaux. « Une fourrière privée est là pour générer des bénéfices. Que feront-ils avec les animaux malades ou accidentés ? Nous, on les soignait. Et eux, jusqu’à quel point ? », s’interroge Catherine Bronner. En 2014, la SPA a récupéré 938 chats et chiens en fourrière.

Outre l’attribution du marché à la SACPA, la commission permanente de l’Eurométropole a adopté la tarification du service de fourrière animale. Il coûtera 150 euros pour récupérer son chat ou son chien égaré et récupéré entre le 2e et le 8e jour de garde en fourrière.