Strasbourg: La ville dit «Yea!» à une nouvelle formule d'autopartage

TRANSPORTS Trente voitures en libre-service sans réservation arrivent à Strasbourg, le 20 mai. Avec Yea!, il sera possible de se garer partout dans la ville...

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 11 mai 2015 - Citiz lance Yea!, un nouveau service d'autopartage en libre-service sans station ni réservation.
Strasbourg, le 11 mai 2015 - Citiz lance Yea!, un nouveau service d'autopartage en libre-service sans station ni réservation. — Floreal Hernandez

Citiz Alsace crée une offre d'autopartage flexible à Strasbourg. Son nom: Yea! Le principe est simple: une voiture – une Smart ForFour – en libre-service sans réservation et que l'on peut reposer partout à Strasbourg, dans un périmètre s'étendant «de l'Orangerie à la Kibitzenau et de la gare au Pont Vauban», détaille Jean-Baptiste Schmider, le directeur de Citiz Alsace

Les 20-30 ans ciblés

Strasbourg est la première ville à se doter de cette flotte de 30 voitures en free-floating pour des déplacements en «one way». Car si Paris a des Autolib (Lyon et Bordeaux aussi), celles-ci doivent être garées dans des bornes dédiées. Là, non.

«On peut la reposer n'importe où sur la voirie, explique Roland Ries, le maire de Strasbourg. Tant que c'est une place légale!» La ville a apporté son soutien au projet avec une tarification de 58 euros/an/voiture Yea! pour se garer dans Strasbourg (hors parking et silo). «Un prix symbolique», reconnaît Jean-Baptiste Schmider.

>>> Le périmètre de Yea! pour garer sa voiture dans Strasbourg.

Le prix de la location d'une Yea! est lui de 10 centimes d'euro/minute et de 35 centimes d'euro/km. Des tarifs et une flexibilité qui sont à même de séduire les 20-30 ans, alors que les utilisateurs de Citiz ont entre 30 et 50 ans. «Cet usage spontané correspond plus aux usagers des smartphones», souligne Jean-Baptiste Schmider. Les 30 Yea! –18 mises en service le 20 mai, les 12 autres le 1er juillet– sont un seul et même modèle: la Smart ForFour. «Elle symbolise la voiture urbaine», dixit le directeur de Citiz Alsace.

Bolloré et Avis sur liste d'attente

Outre Yea!, la ville de Strasbourg a été contactée par deux autres groupes Bolloré et Avis pour implanter leur service d'autopartage Autolib et Zipcar. «J'ai réservé ma réponse, avoue Roland Ries à propos de Bolloré. Leur service impose de neutraliser des places pour recharger les voitures électriques. Nous allons déjà évaluer cette nouvelle donne [Yea!] pour voir dans quelles conditions et avec quel cahier des charges, nous pourrions accueillir de nouveaux opérateurs.»

Dernière chose, avant de conduire une Yea!, il faut avoir beaucoup de second degré. Sans quoi, la petite phrase inscrite sur son coffre pourrait vous conduire à dire «No way».

>> L'arrière d'une Yea!

Strasbourg, le 11 mai 2015 - L'arrière d'une Yea! et son slogan «particulier». - Floreal Hernandez.