Strasbourg: New York toujours trop cher, le marché de Noël ira à Pékin

TOURISME Cette année encore, le marché de Noël de Strasbourg ne s'exportera pas aux Etats-Unis...

Alexia Ighirri
— 
Strasbourg le 25 11 2012. Marché de Noël de Strasbourg
Strasbourg le 25 11 2012. Marché de Noël de Strasbourg — G. VARELA /20 MINUTES

Décidément, le rêve américain ce n'est pas pour tout de suite. Cette année encore, le marché de Noël de Strasbourg ne s'exportera pas à New York. Pourquoi? «Cela ne s'est pas fait pour des raisons financières, explique Jean-Jacques Gsell, président de l'Office de tourisme de Strabourg et sa région (OTSR). Le coût est important puisque tout se paye à New York. Et jusqu'à présent, nous n'avons pas réussi à réunir suffisamment de sponsors pour le financement de l'opération.»

Si Strasbourg veut installer ses chalets à New York, elle doit en effet payer l'occupation de l'espace public. «Contrairement à la France ou la Russie où il n'y a pas de frais, poursuit le président de l'OTSR. Et quand on veut aller sur Broadway, ce que nous voulons, cela coûte cher.» Il ne détaillera pas le montant de ces frais, mais la somme de 200.000 euros était déjà évoquée l'an dernier.

Pékin quasiment gratuit

Malgré tout, «cela ne veut pas dire que cela ne se fera jamais. On garde des contacts pour trouver des sponsors et peut-être faire baisser le prix du domaine public», glisse Jean-Jacques Gsell. Mais en attendant de conquérir la Grosse Pomme, le marché de Noël de Strasbourg ira faire un tour à Pékin pour la première fois.

La capitale de la Chine a sollicité l'OTSR avec un certain avantage: l'export du marché de Noël ne coûtera quasiment rien à Strasbourg. «On nous offre l'espace public, les chalets, qui seront fabriqués sur place, le logement et le voyage. A partir de là, ça facilite les choses!», sourit celui qui devrait accueillir une délégation chinoise avant l'été en Alsace pour choisir quels objets seront vendus à Pékin.

Cette année ou l'année prochaine

Le marché de Noël devrait s'y tenir du 5 au 30 décembre 2015. Enfin si tout se passe dans les bons délais. «On fera tout pour que cela se fasse cette année. Au pire, le marché de Noël y sera l'hiver prochain. Pour Moscou ou Tokyo, on avait aussi eu besoin de plus d'un an, rappelle le président de l'OTSR. Sauf qu'à Pékin, avec 80 chalets contre 15 au Japon et 20 en Russie, le marché sera beaucoup plus grand.»

L'office de tourisme a été sollicité par Rio de Janeiro, Beyrouth ou encore le Kazakhstan pour délocaliser son marché de Noël. «Si on réfléchit en termes de retour sur investissement, c'est-à-dire en nombre de touristes que l'opération peut amener à Strasbourg, la Chine est numéro un», précise Jean-Jacques Gsell, saluant la démarche de la France de facilitation de la procédure de visas pour les touristes chinois.