«Le talent de mes amis»: Tom Dingler raconte son Strasbourg

CINEMA A l'affiche du film «Le talent de mes amis», réalisé par un autre Strasbourgeois Alex Lutz et en salles ce mercredi 6 mai, Tom Dingler nous raconte son rapport à la capitale alsacienne...

Alexia Ighirri

— 

Tom Dingler lors de la présentation du film "Le talent de mes amis" à Strasbourg.
Tom Dingler lors de la présentation du film "Le talent de mes amis" à Strasbourg. — Alexia Ighirri/20 Minutes

Il y a quelques jours, Tom Dingler était de retour dans sa ville d'origine pour la promotion du film Le talent de mes amis, réalisé par son grand copain, strasbourgeois lui-aussi, Alex Lutz. L'occasion pour lui d'évoquer son rapport à la capitale alsacienne,qu'il retrouve de temps en temps.

>> A lire aussi: Alex Lutz offre son premier grand rôle au cinéma à Tom Dingler

Le jeune homme se remémore alors les moments où il travaillait au bar Les BerThoM. «Avant, je sortais beaucoup, je connaissais bien le monde de la nuit, sourit l'acteur. Maintenant, quand je reviens à Strasbourg, je reste essentiellement chez mes parents, qui ont la chance d'avoir un petit jardin.»

Supporter du Racing

Chez eux, le Strasbourgeois regarde le foot à la télévision. Et, bien sûr, il soutient le Racing: «Quand il joue en région parisienne, je vais voir le match. J'étais au Red Star, au Paris FC, à Amiens et aussi à Auxerre, liste-t-il. Mais bon, s'il ne monte pas en Ligue 2, j'aurais moins l'occasion d'aller voir le Racing l'an prochain...».

Strasbourg est aussi la ville qui a vu naître l'amitié entre Tom Dingler et Alex Lutz. C'est dans une sandwicherie, alors qu'ils fréquentaient le lycée-collège Jean Monnet, qu'ils se rencontrent.

Tom Dingler joue le guide

Quelques années plus tard, Tom Dingler fera visiter Strasbourg pour la première fois à Bruno Sanches. «Il m'a montré le Poudlard alsacien», se rappelle le comédien, ami des deux Strasbourgeois et lui aussi à l'affiche du film, à propos du lycée des Pontonniers.

Et justement, si on lui demande de jouer le guide touristique dans la capitale alsacienne, Tom Dingler ferait «visiter la Petite France, les quais, l'Orangerie et bien sûr la cathédrale. Quand je suis à Strasbourg, j'ai besoin de la voir. Dès que c'est fait, je me dis que tout va bien», rigole l'Alsacien.