Lorraine: Soupçonnés d'avoir tagué une mosquée, trois jeunes sont interpellés

JUSTICE Trois hommes âgés d'une vingtaine d'années ont été placés en garde à vue à Nancy. Ils sont soupçonnés d'avoir tagué des inscriptions haineuses et des croix gammées sur les murs de la mosquée de Vandoeuvre-lès-Nancy...

G.V. avec AFP
— 
Strasbourg le 05 novembre 2014. Illustration. Une voiture de la police nationale.
Strasbourg le 05 novembre 2014. Illustration. Une voiture de la police nationale. — Gilles Varela

Des tags haineux avaient été découverts dans la nuit de vendredi à samedi sur les murs de la mosquée de Vandœuvre-lès-Nancy. Des actes que son président, Abdallah Zekri, avait «condamnés fermement» et qui étaient l'œuvre, selon lui «de petits nazillons».

L'enquête a permis d'interpeller trois jeunes hommes âgés d'une vingtaine d'années qui ont été placés en garde à vue à Nancy. Ils sont soupçonnés d'être les auteurs des inscriptions haineuses et des croix gammées tagués sur les murs de la mosquée. Une photo publiée samedi sur le site internet de France 3 Lorraine montrait notamment des inscriptions racistes et le sigle «FN» écrit en rouge sur un mur du bâtiment.

L'un d'entre eux aurait reconnu les faits selon une porte-parole de la Direction départementale de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle, en charge de l'enquête.

Selon l'Observatoire national contre l'islamophobie, une instance dépendant du Conseil français du culte musulman (CFCM), les actes anti musulmans ont sensiblement augmenté en France depuis l'attentat contre Charlie Hebdo.