VIDEO. Alsace: Plus de 100.000 signatures contre la fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne

REFORME TERRITORIALE La Fédération démocratique alsacienne a annoncé mercredi avoir recueilli 104.600 signatures contre la fusion de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne...

Floréal Hernandez

— 

Manifestation contre la fusion de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne dans les rues de Strasbourg et près des institutions européennes, le 13 décembre 2014.
Manifestation contre la fusion de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne dans les rues de Strasbourg et près des institutions européennes, le 13 décembre 2014. — Gilles Varela

Des autographes par milliers. La pétition «Alsace retrouve ta voix» a recueilli 104.600 signatures, a annoncé la Fédération démocratique alsacienne (FDA), mercredi à Sélestat (Bas-Rhin). Cette pétition demande la tenue d'un référendum par le président de la région Alsace. Lors de celui-ci, les Alsaciens pourraient se prononcer pour ou contre la fusion de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne dans le cadre de la réforme territoriale.


Pour le préfet de région, Stéphane Bouillon, «ce qu'ils veulent est contraire à la loi [...]. La loi sur les régions ne prévoit pas de dérogation et une nouvelle organisation territoriale n'est pas de la compétence de la région», expliquait-il dans les Dernières nouvelles d'Alsace, le 2 avril.

200.000 signatures d'ici fin mai?

D'autant qu'au niveau timing, la tenue d'un référendum n'est pas possible. Il doit se faire six mois avant l'élection régionale, prévue en décembre, et la demande de sa tenue doit se faire 2 mois avant la date du référendum.

>>> Le business des produits dérivés des anti-fusions.

Malgré tout, la FDA ne désarme pas. Elle continue d'engranger des signatures et s'est donnée jusqu'au 26 mai –date du Congrès sur la démocratie locale et régionale en France du Conseil de l’Europe dans le cadre de la mission de suivi de l’application de la Charte européenne de l’Autonomie locale en France– pour collecter 200.000 paraphes. « À ce moment-là, aucun parti politique ne pourra se permettre de négliger une telle masse électorale », estime Jean-Michel Ritter, à l'initiative de la pétition, dans les DNA.