Départementales: Qui appelle à voter pour qui dans le Bas-Rhin au 2e tour?

POLITIQUE Le 2e tour des élections départementales, c'est ce dimanche. Les 23 binômes bas-rhinois sont encore à élire...

Floréal Hernandez

— 

Premier tour des élections départementales, à Strasbourg, le 22 mars 2015. (Illustration)
Premier tour des élections départementales, à Strasbourg, le 22 mars 2015. (Illustration) — G. Varela \ 20 Minutes

Les 23 cantons du Bas-Rhin sont tous concernés par le 2e tour des élections départementales. Dans 16 cantons, les duels seront entre la droite et le Front national. Dans les six derniers cantons, ceux de Strasbourg, les binômes PS font face à deux binômes FN et quatre binômes constitués de candidats UMP, UDI ou DVD. A Hoenheim, un binôme UDI-DVD est face à un duo UMP.

Le PS votera à droite dans 16 cantons.
Dès le 1er tour entériné, le Parti socialiste a appelé «à faire barrage» au Front national en constituant un front républicain. «Le “ni, ni” est une position dangereuse et irresponsable et elle n'est et n'a jamais été celle du Parti socialiste», rappelle un communiqué du PS 67. De fait, les électeurs socialistes sont encouragés à voter pour les binômes de droite dans les 16 cantons où ils sont opposés à des candidats frontistes. Par contre, la fédération du Bas-Rhin ne se prononce pas pour le duel UDI-DVD / UMP à Hoenheim.

>>> Et si la gauche gagnait la Robertsau?

Les écologistes contre le FN et la «droite dure».
Dans les communes de l'Eurométropole, Europe Ecologie-Les Verts appelle «sans réserve à faire barrage à l'extrême droite et son corollaire une certaine “droite dure” [...]. Nous souhaitons une mobilisation importante des citoyen-nes pour les candidat-e-s défendant les valeurs républicaines sur les cantons de Lingolsheim, d'Illkirch, de Schiltigheim et de Hoenheim.» Dans les six cantons strasbourgeois, EELV se mobilise «clairement en faveur des candidat-e-s soutenus par le Parti socialiste».

L'extrême gauche votera mais ne rejoint pas le front républicain.
Le NPA67 ne rejoint pas le front républicain. Il estime que c'est «un leurre, un piège». «Cependant, face à la possibilité d'élection de membres du FN, nous appelons à battre l'extrême droite quand un candidat de gauche lui est opposé.»

Le Parti de Gauche appelle «les électeurs bas-rhinois à s'exprimer par leur vote, dont ils restent seuls juges, leur refus des politiques d'austérité et leur souhait de voir émerger à gauche une alternative écologique, sociale et solidaire.»

>>> La carte des 40 cantons alsaciens et les oppositions du 2e tour.

Au centre, le choix est «évident».
Pour l'UDI du Bas-Rhin, «le choix du second tour s'annonce évident», le parti «appelle à une forte mobilisation pour faire battre résolument les candidats FN et à faire gagner l'alliance UDI-UMP-Divers Droite.» Dans les deux cantons strasbourgeois (2 et 3) où le Parti socialiste affronte le FN, l'UDI 67 appelle à voter pour les binômes PS.

Le mouvement local du Territoire de Strasbourg du MoDem incite ses électeurs à «s'opposer aux candidats du Front national» et les invite à voter pour les trois binômes soutenus par le MoDem dans les cantons de Strasbourg-1 (Bastian-Senet), Strasbourg-5 (Lebold-Menad) et Hoenheim (Debes-Van Hecke).

>>> Départementales: L'Alsace, une exception en France, Strasbourg, une exception en Alsace.

Le président UMP du Conseil général appelle au front républicain.
Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, prône le “ni, ni” (ni PS, ni FN) pour le 2e tour des élections départementales. Une idée qu'à rejeter dès dimanche soir dernier, Guy-Dominique Kennel, le président UMP du Conseil général du Bas-Rhin. «Il faut avoir le courage du front républicain. Dans ces cantons [où le FN est au 2e tour], c’est un parti démocratique qui doit être élu», a-t-il dit sur le plateau de France 3 Alsace.

Dans le canton Strasbourg-2, le binôme Abate-Robert (UDI/UMP), éliminé dès le 1er tour, indique sur son site Internet«Nous voterons, à titre personnel et conformément à nos valeurs républicaines, contre le Front national.»

Unser Land appelle à voter Unser Land.
Dès les résultats du 1er tour connu –aucun binôme Unser Land au 2e tour–, le parti autonomiste a indiqué ne donner «aucune consigne de vote car aucun parti parisien (UMP, PS et encore moins le FN) n’est en mesure de porter les intérêts de l’Alsace. Nous enjoignons nos électeurs à glisser un bulletin "Unser Land" dans l’urne».