Strasbourg: Le soleil et la lune n'ont pas éclipsé la joie des Strasbourgeois

SCIENCES Le soleil était au rendez-vous pour admirer l'éclipse solaire qui a commencé aux alentours de 9h30. En Alsace, la lune a recouvert environ 72 % de la surface totale du soleil...

Gilles Varela
— 
L'éclipse solaire vue dans les jardins du planétarium de Strasbourg. Strasbourg le 20 mars 2015. Des élèves du collègeSophie Germain à Cronembourg
Lancer le diaporama
L'éclipse solaire vue dans les jardins du planétarium de Strasbourg. Strasbourg le 20 mars 2015. Des élèves du collègeSophie Germain à Cronembourg — Gilles Varela

Ils avaient rendez-vous avec la lune. Scolaires, bandes de potes et familles ont pu à leur aise profiter du soleil et venir voir la lune lui griller la priorité. S’il y a un endroit où il fallait venir tôt, c'est bien au planétarium de Strasbourg. Ce dernier avait invité les Strasbourgeois à venir partager ces instants exceptionnels avec eux.

Pour l'occasion des ateliers ont été organisés pour expliquer l'événement et surtout, 800 paires de lunettes «spécial éclipse» était gratuitement prêtées ainsi que des «vises éclipse», sorte de disques en carton avec un filtre pour protéger la vue.

Beaucoup de monde au planétarium #eclipse2015 #Strasbourg pic.twitter.com/wgnvTp22W7
— Gilles Varela (@gtroisyeux) March 20, 2015

 

«Nous avons réservé environ 400 paires de lunette pour les scolaires et 400 pour le grand public. Mais tout est parti en moins d'une demi-heure et nous devons refuser du monde, explique Astrid Chevolet, responsable de la coordination des actions de culture scientifique et technique. Toutes les conditions sont réunies, l'Alsace est l'une des régions les plus ensoleillée aujourd’hui c’est ce qui explique que près d'un millier de personnes sont venues.»

Prêts !au planétarium de Strabourg #eclipse2015 #strabour pic.twitter.com/pbwkDWFGWM
— Gilles Varela (@gtroisyeux) March 20, 2015

 

A l'extérieur, Clara et ses amies qui n'ont pas pu accéder au Planétarium pestent un peu: «Je suis dégoûtée. Je n'ai pas trouvé de lunettes toute cette semaine. Je comptais vraiment sur le planétarium mais c'est déjà plein. C'est vraiment dommage, on est plus d'une centaine qui est là pour rien.» 

L'éclipse solaire vue dans les jardins du planétarium de Strasbourg. Strasbourg le 20 mars 2015 - Gilles Varela

 

Plus chanceuse, ou plus prévoyante, Marina Champeaux professeur de sciences physiques au collège Sophie Germain de Cronenbourg a amené sa classe. C'est vraiment bien. Nous avions préparé cet événement en amont, avec toutes les manifestations qui se font autour de l'éclipse, comme le comportement des animaux, des marées, et puis c'est bien mieux que sur les photos...»

Une joie partagée par de nombreux autres scolaires venus pour l'occasion dont certains comme Sonia, 12 ans, ont été déçus: «Je pensais que ce serait plus spectaculaire. Qu'il ferait nuit un moment. Je reviendrai en 2079 pour la prochaine...»