Les anti-EPR refusent de payer le nettoyage de leur manif

©2006 20 minutes

— 

Le collectif Stop-EPR Grand-Est, membre du réseau Sortir du nucléaire, a indiqué avoir adressé hier une lettre ouverte à Fabienne Keller, maire (UMP) de Strasbourg et à Robert Grossmann, président (UMP) de la communauté urbaine. L'asso­ciation précise dans cette missive avoir reçu une facture de 854 € pour le nettoyage de la chaussée après le rassemblement contre l'EPR, le 17 mars à Strasbourg. « Un talon détachable pour un paiement sous quinze jours est

arrivé lundi dans ma boîte aux lettres et chez deux autres responsables du défilé », précise Rémi Verdet, un des porte-parole de Stop-EPR.

Or, selon la lettre ouverte du collectif, « le rassemblement national antinucléaire du 17 mars a eu lieu simultanément dans cinq grandes villes françaises et Strasbourg est la seule des cinq à avoir exigé que les organisateurs de la manifestation prennent en charge le nettoyage des rues. » Pour Rémi Verdet, le but serait « de faire pression sur nous par l'argent pour nous faire taire ». Contactée par

20 Minutes, la ville indiquait hier soir ne pas avoir encore reçu le courrier de Stop-EPR. Elle y répondra « dès sa réception ».