Les jeunes battent la campagne

©2006 20 minutes

— 

Les jeunes militants de l'UMP et du PS mettent les bouchées doubles pour séduire les citoyens avant le second tour. Tractages, collages d'affiches, discussions avec les électeurs : les sections de jeunesse

des partis sont en effet les plus visibles sur le terrain. Depuis quelques jours, des membres du Mouvement des jeunes socialistes (MJS 67) s'affublent ainsi d'un masque de Sarkozy surmonté d'une coiffe napoléonienne pour aller à la rencontre des habitants. « C'est pour insister sur sa pratique autoritaire du pouvoir, explique Baptiste-Heinz Macias, animateur fédéral du MJS 67. Cet angle d'attaque permet de capter l'attention des personnes, avant de parler du programme de Royal. » Selon lui, une cinquantaine de jeunes participent chaque jour à la campagne. Beaucoup d'entre eux ont fait leurs premières armes politiques lors des manifestations anti-CPE.

Côté UMP, la section jeunesse (Jump 67) revendique une trentaine de membres engagés quotidiennement pour Nicolas Sarkozy. Plusieurs soirées par semaine, ils arpentent les rues du

centre-ville pour proposer sucreries et préservatifs « à la France qui se couche tard... ensemble ». « C'est une technique d'approche avant d'aborder les questions

de fond », argumente Jean-Philippe Vetter, responsable des Jump 67. Le matin, rebelote : ils vont distribuer croissants et cafés. « Je suis debout à 4 h 30 pour en préparer

16 litres. Une telle campagne est fatigante, mais on prend un rythme de croisière. Et on est prêt à enchaîner sur les législatives », lâche le responsable.

duel Les militants du PS avaient choisi le café-restaurant Le Camionneur pour assister au débat Royal-Sarkozy. Ceux de l'UMP se sont réunis à la permanence de leur parti, à l'Elsau.