Strasbourg: Pourquoi Manuel Valls a choisi la capitale alsacienne

POLITIQUE Le Premier Ministre, accompagné de Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve, était à Strasbourg mardi matin pour évoquer la formation des imams et le dialogue interreligieux...

G.V. et A.I.

— 

ALTERNATIVE CROP
French Prime minister Manuel Valls delivers a speech during a visit to Strasbourg's University, northeastern France, to meet with students graduating with a Civil and Civic University Degree, on March 3, 2015.   AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN
ALTERNATIVE CROP French Prime minister Manuel Valls delivers a speech during a visit to Strasbourg's University, northeastern France, to meet with students graduating with a Civil and Civic University Degree, on March 3, 2015. AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN — AFP

Le déplacement du Premier Ministre Manuel Valls, de la ministre de l'Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem et du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve mardi à Strasbourg avait été préparé en moins de deux jours. Cette visite, autour de la formation des imams et du dialogue interreligieux, fait néanmoins sens dans la capitale alsacienne.

Une mosquée de poids. Le déplacement ministériel a démarré par un temps d'échange à la Grande Mosquée de Strasbourg. Une rencontre fructueuse et symbolique selon son président Ali El Jarroudi: «Venir chez nous, ce n'est pas anodin. C'est montrer l'intérêt pour un islam modéré du juste milieu». Il a été question de la création d'une nouvelle «instance de dialogue» avec l'islam de France, à laquelle la Grande Mosquée pourrait prendre part. Le fait «que la plus grande mosquée de France en fasse parti» n'étonne pas Ali El Jarroudi.
D'autant plus que la mosquée strasbourgeoise porte un projet de création d'un centre de formation d'imams. «Cette formation, c’est encore un projet, note Abdelhaq Nabaoui, vice-président du Conseil régional du culte musulman (CRCM Alsace). Il faut travailler avec les chercheurs, les autorités, pour voir dans quel domaine on va former les imams: est-ce qu’il s’agit d’une formation théologique ou du domaine du droit français.»

Des diplômes universitaires dédiés. Dans le cadre du débat sur la formation des imams, Manuel Valls a annoncé la certification et la multiplication des diplômes universitaires (DU) liés à l'islamologie. L'université de Strasbourg (Unistra), elle, a créé son «DU droit, société et pluralité des religions» en 2011. L'Unistra compte également dans son offre de formation un «master en islamologie, droit et gestion» et un «master finance islamique» ouverts aux étudiants depuis 2011 et 2013.

Une particularité interreligieuse. Le maire Roland Ries l'a fait remarquer à la tribune mardi matin: «Strasbourg n'est pas une ville comme les autres. Au-delà de sa position géographique et de son histoire, c'est une ville multiculturelle et multireligieuse.» Strasbourg édite, par exemple, un calendrier interreligieux avec les principales fêtes des six religions.